Earth Awakening : une deuxième chance pour Silverfall ?

18 mars 2008
Testé par sur
Disponible sur
3

En définitive, Silverfall : Earth Awakening apporte un réel plus au jeu originel. L’aventure, bien qu’un peu courte, se poursuit avec deux classes supplémentaires, de nouvelles compétences, et surtout une meilleure prise en main. Si vous avez aimé Silverfall, vous aimerez sans aucun doute cette extension. Si vous avez abandonné la première campagne à cause de ses défauts, il est peut-être temps de lui accorder une deuxième chance. Enfin, si l’univers vous est totalement inconnu mais que l’aventure vous tente, il est plus judicieux d’acheter le premier volet et son extension afin de commencer le jeu avec un héros de niveau 1.

Edité par Focus, Earth Awakening est l’extension de Silverfall, un hack’n’slash qui n’avait pas fait l’unanimité lors de sa sortie fin 2006. Malgré l’originalité des graphismes et de l’histoire, celui-ci souffrait en effet d’un manque notable de finition. Les développeurs français de Monte Cristo sont-ils parvenus à la fois à conserver les qualités du premier volet et aussi à rectifier les différents défauts soulevés par ses détracteurs ?

Une des deux nouvelles races : le Nain.

Un nouveau départ

Silverfall : Earth Awakening est une extension qui ne nécessite pas le jeu originel. Ainsi, vous pouvez tout à fait débuter cette nouvelle aventure sans avoir joué à la première campagne. Celle-ci vous a vu affronter les forces du Mal pour sauver la cité ravagée de Silverfall et en devenir le roi. A nouveau, la paix de cette cité en pleine reconstruction semble menacée, et c’est sur vos épaules que les espoirs de tout un peuple reposent. Vous pouvez reprendre votre héros de Silverfall, ou opter pour un personnage de niveau 45 prédéfini parmi les anciennes races (humains, elfes, trolls et gobelins) ou les deux nouvelles (nains et hommes-lézards) avant de relever ce nouveau défi. Cependant, si vous possédez Silverfall, il est tout à fait possible de recommencer la première campagne avec un nain ou un homme-lézard de niveau 1, et de bénéficier des améliorations apportées par l’extension.

Les ennemis mécaniques sont nombreux.

Vous conservez le meilleur

Le principe de base demeure le même. Vous combattez nombre de monstres et ennemis afin de gagner de l’expérience, de l’or et des pièces d’équipement. L’expérience accumulée vous permet d’augmenter vos caractéristiques (force, constitution, agilité, intelligence) et de gagner ou d’améliorer des compétences (coups spéciaux, sorts, bonus passifs). L’univers heroic fantasy n’a également pas changé : vous retrouvez encore cette dualité nature/technologie et cette nécessité de faire votre choix entre les deux, surtout par le biais des quêtes annexes. Le bestiaire est toujours aussi original et varié (animaux "robotisés", machines à vapeur...) et la "patte" graphique si particulière est toujours reconnaissable entre mille : des personnages proches du cel-shading incrustés dans des décors dessinés en trois dimensions. Comme pour le premier opus, il est possible de choisir jusqu’à deux compagnons pour seconder votre avatar dans sa tâche. Le niveau de difficulté est modifiable dans les options, et un mode multijoueur est disponible.

Voici une arme créée et enchantée grâce au niveau système d'artisanat.

Vous apportez du sang neuf

L’interface a été complètement revue : elle est maintenant entièrement paramétrable (fenêtres déplaçables, par exemple), les menus sont plus clairs et les raccourcis sont mieux pensés. Il est maintenant possible de déplacer votre héros à l’aide des touches du clavier si vous le souhaitez, à la manière de certains jeux de rôle. Point important : la caméra se manie dans cette extension avec beaucoup plus d’aisance qu’avant. De nombreuses compétences ont été ajoutées, en particulier celles concernant l’artisanat. En effet, il est maintenant possible de créer des pièces d’armures et des armes à partir d’ingrédients trouvés sur les ennemis ou récupérés auprès de personnages, et de les enchanter pour leur donner des bonus particuliers (augmentation de la vitesse d’attaque, dégâts supplémentaires, résistance accrue aux dégâts...). A haut niveau, ces "créations" peuvent avantageusement remplacer l’équipement que vendent les marchands ou que lâchent les monstres.

Les combats sont parfois un peu fouillis.

Et vous obtenez un jeu parfait ?

Pourtant, malgré les améliorations apportées par cette extension, Silverfall possède encore quelques défauts. Tout d’abord, le jeu n’est pas très bien optimisé. Même sur une machine récente, il est difficile d’obtenir un bonne fluidité sans être très conciliant avec les options d’affichage. Cela est d’autant plus dommage que le moteur graphique n’est plus tout récent. De plus, quelques bugs (disparitions de textures, problèmes de collision,…) sont à noter. Ensuite, l’ajout d’effets graphiques lors des combats se fait aux détriments de la lisibilité. Lorsque vos ennemis, vos compagnons et votre avatar lancent leurs sorts presque en même temps, c’est le fouillis total et vous n’y voyez plus rien. Enfin, l’intelligence artificielle est encore un peu défaillante. Certains de vos compagnons frappent de-ci de-là sans réellement achever leur adversaire, et leurs sorts de soins ne sont pas toujours lancés à des moments opportuns.
Les Plus
  • La touche graphique originale
  • La nouvelle interface
  • Le système d’artisanat
Les Moins
  • Quelque bugs
  • Des problèmes d’intelligence artificielle