NBA Street Homecourt réinvente le basket

27 avr. 2007
Testé par sur
Disponible sur
4

Non seulement NBA Street Homecourt se permet l’audace de proposer un style de jeu bien à lui, mais il appuie son originalité sur une direction artistique très forte. Au-delà des animations bluffantes et de la modélisation sans faille des joueurs, un vrai parti pris donne une tonalité rétro à l’ensemble du titre. Un filtre sépia donne la sensation que le match est filmé par une caméra amateur super-huit. De même, le cadrage en diagonale dynamise l’action et donne un aspect inachevé complètement assumé qui participe au charme de l’ambiance. Les décors fourmillent de détails qui les ancre dans le quotidien des banlieues américaines : pour un européen, c’est le dépaysement assuré. La bande-son accompagne discrètement et efficacement le jeu : des artistes tels que RJD2 et DJ Shadow côtoient Quincy Jones et des remix des Jackson Five pour une ambiance musicale hip-hop/trip-hop bien vue. Les cinématiques déblocables au cours du jeu ainsi que les présentations des terrains jouent la carte de la nostalgie élégante faisant presque oublier qu’il s’agit d’un jeu vidéo. Le sacrifie du réalisme au nom d’une esthétique originale et d’un gameplay complètement débridé n’a jamais paru aussi justifié. Certes, le contenu est un peu léger, une plus grande diversité de modes de jeu aurait été la bienvenue. Mais la qualité de NBA Street Homecourt est telle qu’il faut saluer le travail d’EA Big Canada. Cela montre que même un jeu de sport peu tendre vers l’œuvre d’art.

Pour son passage au niveau supérieur, la série NBA Street se dote d'un volet qui explore ses origines pour en garder l'essence. Les véritables héros de ce Homecourt, ce sont les terrains de jeu, territoires qui se gagnent à coups de dunks dans des paniers usés. Tricks à gogo, figures impensables, le tout accessible dès les premières minutes de jeu : EA Big Canada a réussi un tour de force aussi impressionnant que les acrobaties des colosses que leur jeu met en scène.

Les passes sont sûres et rapides.

Exagérément fidèle

Il y a plusieurs façons d’être fidèle en réalisant un jeu de sport. Le plus évident est de reproduire le plus fidèlement les règles d’origine : système de points, pénalités, durée, etc. Les consoles de nouvelle génération peuvent retranscrire aisément la physique d’une balle, les animations des joueurs, tous les paramètres qui font d’un sport ce qu’il est. Mais voilà, certaines choses ne peuvent être adaptées. Même avec les manettes les plus inventives qui soient, même la wiimote par exemple, les véritables gestes et les décisions fines ne peuvent se retrouver. Bien souvent des libertés sont prises, presque toujours sur la durée d’une partie par exemple. Cela ouvre la porte à un autre angle d’approche pour les jeux de sport : retrouver les sensations éprouvées sur le terrain. Puisque les conditions ne sont jamais les mêmes, ces sensations prennent une nouvelle forme. Que ressentent les basketteurs professionnels lorsqu’ils s’élancent dans les airs la balle à la main pour la déposer dans le panier ? Ce n’est pas en reproduisant l’image tel qu’elle apparaîtrait à la télévision que vous pourriez comprendre. Pour vous faire pousser des ailes, dans NBA Street Homecourt vous vous appuyez sur le dos d’un camarade courbé, vous sautez à 4 mètres en hauteur, projetez la balle en tournoyant dans le panier, la rattrapez avec les pieds et la remettez une seconde fois dans l’anneau. Rien à voir avec le basket, le vrai. Mais l’espace d’un instant vous avez ressenti quelque chose qui vous donne envie de prendre un ballon et d’aller jouer sur le terrain d’à côté de chez vous.

Les gros dunks sont impressionnants et rapportent plus de points.

De plus en plus spectaculaire

La série l’a toujours été, mais là c’est du jamais vu : spectaculaire. Il n’y a pas d’autre mot pour décrire au mieux l’action sur le terrain d’une partie de NBA Street Homecourt. Dès que vous avez la balle entre les mains, le show commence. Les dribbles peuvent être variés à votre convenance, les passages face à votre adversaire peuvent aisément le tourner au ridicule et les dunks sont tout simplement faramineux. Que vous vous envoliez seul, que vous passiez votre balle à un co-équipier en plein vol ou que vous décolliez depuis le dos d’un camarade relaçant ses chaussures, le public en a pour son argent. Une jauge détermine la force de votre coup. Si vous allez trop loin, vous échouez. Si vous faites un peu court, votre dunk est juste impressionnant. Si vous remplissez la jauge, vous marquez le double de points en passant la balle à deux reprises dans le panier, en courant sur le panneau entre-temps, en faisant un 360 ou effectuant une pirouette. Toutes les figures s’apparentent à des tricks qui rapportent des points de style. Quand la jauge est pleine et que vous atteignez le centre du terrain, vous pouvez partir en Gamebreaker : vos figures tracent des arabesques autour de vous et plus vous en faites, plus votre prochain panier rapporte de points. La tension est toujours présente, car une défense efficace permet de "voler" ce Gamebreaker pour en bénéficier à la place de son adversaire. Irréaliste et jubilatoire.

Les tricks ressemblent souvent à des figures de breakdance.

L'esprit du terrain de jeu

Avec un tel plaisir de jeu, les matchs s’enchaînent sans grande diversité mais avec un enthousiasme toujours aussi fort. C’est une bonne chose, car les modes de jeu sont assez similaires les uns aux autres. Il est possible de choisir de jouer sans tricks et sans gamebreaker, ou bien au contraire de ne marquer de points que dans cette phase. Que cela soit en ligne ou à plusieurs autour d’une même console, c’est à un seul et même jeu que vous êtes invités à jouer. Heureusement qu’il est solide. Le mode solo intitulé Homecourt Challenge apporte de son côté des aspects séduisants. Tout d’abord vous créez votre joueur en mélangeant plusieurs basketteurs professionnels. C’est simpliste mais cela a fait gagner du temps. Vous sélectionnez ensuite les deux membres qui s’ajoutent à votre équipe et disputez des parties aux règles variées sur votre propre terrain, puis sur les terrains de jeu un peu partout aux États-Unis. Cela va des parties où le premier à devancer l’adversaire de trois points l’emporte, aux matchs en 21 points, etc. Ce qui motive à avancer, c’est le gain d’expérience en fonction de votre style de jeu. Naturellement, vous améliorez vos tactiques de prédilection jusqu’à devenir un expert dans l’un des domaines. Cela influe véritablement sur votre façon de jouer et, de la même manière, vous faites attention à placer vos co-équipiers dans les situations dans lesquelles ils excellent.
Les Plus
  • Les tricks impressionnants
  • L'ambiance "retour aux sources"
  • L'accessibilité exemplaire
  • La bande-son solide
Les Moins
  • Peu de modes de jeu