Viva Piñata est à croquer

20 déc. 2006
Testé par sur
Disponible sur
4
  • Éditeur Microsoft
  • Développeur Rare
  • Sortie initiale 1 décembre 2006
  • Genre Gestion

Beaucoup de jeux proposent de parcourir de nouveaux mondes. D’autres vous permettent de les créer et de les façonner selon votre bon vouloir. Viva Piñata est plus proche de ce dernier type de jeu. La découverte des lois qui régissent l'univers des piñatas constitue le centre du jeu, et aussi son originalité. La difficulté dans Les Sims est dans l'application laborieuse de règles qui tombent sous le sens, que vous connaissez déjà. Dans Viva Piñata, vous êtes tour à tour fermier, commerçant et vétérinaire. Mais vous êtes surtout zoologue ou piñatologue pour être précis. La plupart du temps, votre esprit sera occupé à comprendre quelles relations les piñatas entretiennent entre elles, qu’est-ce qui décidera le Pretztail à venir s’installer chez vous, comment faire pour que deux Buzzlegums procréent. Les lois auxquelles vous êtes habitués sont légèrement bouleversées : même si le Sparrowmint (un parent du moineau) mange bien des Whirlms (l’équivalent du ver), le Bunnycomb (le cousin du lapin) doit manger des boutons d’or avant de se reproduire. En faisant une analogie avec le tourisme, certains jeux ressemblent à un circuit de ville en ville dans un pays étranger ou l’objectif est le visa apposé sur la page du passeport. Vous installer sur l’île de Viva Piñata, c’est rester à un même endroit pour y passer du temps, comprendre les moeurs des habitants, vivre avec eux. Le jeu se découvre dans la longueur, à travers des visites quotidiennes. En fin de compte, l’expérience est plus dépaysante que la plupart des aventures auxquelles vous êtes habitué : les mécanismes de jeu originaux et l’univers graphique inédit rassurent. La console de Microsoft prouve qu’elle peut vous transporter vers des horizons nouveaux.

Vous en avez assez des zombies, fascistes et autres monstruosités ? Essayez l'élevage de piñatas, ça dépayse. Grâce à la créativité de Rare, Microsoft démontre que la Xbox 360 peut s'adresser à un public différent avec Viva Piñata. Ruez-vous sur ces créatures pleines de friandises avant d'être écoeuré par tous les produits dérivés qui risquent de pointer leur nez.

Attention à ne pas réunir deux espèces antagonistes.

Existence sucrée, destin amer

Sombre destinée que celle d’une piñata. Imaginez un peu. Vous êtes gavé de bonbons jusqu’à ce que vous en soyez plein. Votre corps est enduit de papier mâché. Vous êtes pendu à un arbre. Et pour finir, vous êtes roué de coups jusqu’à exploser, vos bourreaux se repaissant de vos entrailles. Un cauchemar, s’il n’y avait l’île de Piñata. Cette île justifie à elle seule ce destin tragique et compense cette fin horrible en assurant une existence douce et voluptueuse pour toutes les piñatas. En tant que jardinier, vous vous assurez du bien-être des créatures et rendez leur trépas plus acceptable. Vous défrichez votre parcelle de terrain de ses mauvaises herbes, vous plantez fleurs, arbres et légumes et surtout vous mettez à disposition des piñatas tout ce dont elles ont besoin pour leur bien-être. Ces dernières ne sont pas forcément attirées par votre lopin de terre. A vous de réunir les conditions nécessaires pour convaincre les bestioles de s’installer chez vous. Le Quackberry ne vient que si vous disposez d’un étang assez grand pour son bain, le Buzzlegum sera attiré par les fleurs, Le Fudgehog ne se déplacera que si vous avez suffisamment de Whirlms à son goût. Ce n’est pas tout : une fois qu’ils sont devenus résidents de votre jardin, il faut les convaincre de rester et surtout leur trouver l’âme soeur pour qu’ils puissent se reproduire. Les conditions de leur fertilité varie, c’est à force d’expérimentations que vous aurez la chance de voir la famille s’agrandir. Vous l’aurez compris, l’île de Piñata est votre petit jardin virtuel dans lequel vous gérez un étrange écosystème et obtenez toujours plus de piñatas ou des espèces de plus en plus rares.

Les cycles jour/nuit rythment la vie de l'île.

Ma petite entreprise

Pour mener à bien votre tâche, vous n’êtes pas seul. Des indigènes aux masques tous plus exubérants les uns que les autres vous aident dans votre jardin. Leafos vous prodigue de précieux conseils, Seedos vous fournit en graines, Storkos apporte les oeufs issus de l’union de vos piñatas. De nombreux assistants vous déchargent des tâches pouvant devenir fastidieuses à la longue : l’arroseuse s’assure que vos plantes ne dessèchent pas, la cueilleuse récupère les fruits à votre place et le guetteur fait fuir les méchantes piñatas. En effet, certaines piñatas sont le fruit des recherches du maléfique Professeur Pester. Elles ne feront que nuire à votre jardin et à vos piñatas. Votre pelle, si utile pour creuser des étangs et labourer la terre se transforme en arme : en leur tapant dessus, elle disparaissent ou s’enfuient. Au final, c’est un véritable travail de chef d’entreprise qui vous incombe. Les récoltes peuvent être revendues à la boutique, ce qui vous permet d’acheter d’autres piñatas, des décorations, des habitations, des graines et bien d’autres choses. Les piñatas elles-mêmes sont le bien le plus cher de l’île. A vous de sélectionner celles que vous voulez revendre et celles que vous voulez garder pour constituer le jardin le plus prestigieux. Envoyer les piñatas vers la centrale qui se charge de les expédier dans les anniversaires d’enfants partout dans le monde est une décision difficile mais nécessaire à l’équilibre de votre jardin. Au final, c’est vous qui choisissez : rien ne vous oblige à jouer dans un sens ou dans un autre, à vous de voir si vous préférez viser les piñatas les plus rares ou élaborer un jardin au thème solide. Vous êtes là pour passer du bon temps en compagnie de ces peluches pleines de confiseries.

Quand les piñatas s'accouplent, vous assistez à leur parade nuptiale.

Interdit au moins de trois ans

Malgré ses airs enfantins, Viva Piñata aborde des sujets graves. Les piñatas elles-mêmes vivent sous le fardeau d’une fatalité : celle d’être tabassées à coups de battes jusqu’à se répandre en friandises. Derrière son goût acidulé se dévoile une saveur amère qui pourrait choquer les enfants susceptibles de se prêter au jeu. En effet, les piñatas meurent souvent, que ce soit de maladie, par des attaques d’autres piñatas ou même sous les coups de votre pelle. Lorsqu’elles explosent, les piñatas révèlent une multitude de bonbons que les autres créatures du jardin s’empressent d’ingurgiter. L’âme de la défunte s’envole dans le ciel mais ne laisse pas longtemps votre petite soeur en larmes : elle se réincarne instantanément à l’extérieur de votre propriété. Cela peut sembler anodin si vous êtes un dur à cuire, mais cela a son importance pour tous ceux qui voient en Viva Piñata une divertissement familial. C’est ainsi que le jeu est conçu en tous cas, comme en témoigne l’accompagnement solide du joueur via un tutoriel tout doux. Cependant, le jeu reste complexe, la navigation dans les menus risque fort de rebuter les enfants de moins de douze ans. C’est grâce à une idée toute simple que le jeu peut être pratiqué par toute la famille. Vous pouvez jouer avec autant de manettes que vous les souhaitez, chacun dirigeant le même jardin au même moment. Ainsi, les plus jeunes peuvent se faire aider par un aîné pour s’occuper des parties trop difficiles. Si un méchant piñata investit votre jardin et que votre enfant a trop peur de l’affronter, hop, sans même lui retirer la manette des mains vous assénez deux trois coups de pelles à l’intrus et le tour est joué. Viva Piñata se révèle comme une des meilleures expériences coopératives avec des plus jeunes.
Les Plus
  • 60 piñatas différentes, toutes plus belles les unes que les autres
  • Une jouabilité originale pour la console
  • L'ecosystème cohérent
Les Moins
  • Une maniabilité pas toujours claire
  • Un rythme lent