Sensible Soccer : retour vers le passé

10 août 2006
Testé par sur
Disponible sur
2
  • Éditeur Codemasters
  • Développeur Kuju
  • Sortie initiale 13 juin 2006
  • Genre Sport

C’est connu. Un remake n’arrive jamais à la cheville de l’original. Sensible Soccer était une référence adulée par des millions d’amateurs prêts à défendre la série face aux attaques des fans de Kick Off. Aujourd’hui, il est un petit jeu d’arcade peu ambitieux. Ce volet 2006 ne risque pas de déchaîner les passions comme son aîné avait su le faire. Reste que le gameplay possède quelques idées intéressantes et que la prise en main est agréable sans toutefois atteindre des sommets. Manquant de profondeur sur la longueur, Sensible Soccer 2006 est à conseiller avant tout aux vieux de la vieille qui ont connu l’original et qui retrouveront le feeling d’antan. Les autres peuvent facilement passer leur chemin.

Il était une fois dans le pays du football virtuel, deux séries mythiques qui ont, à leur époque, révolutionné la façon de jouer au ballon rond sur consoles et micros. Kick Off et Sensible Soccer ont fait rêver des millions de fans de football de la fin des années 80. Malheureusement, les deux sagas n'ont jamais su se renouveler et s'adapter à la 3D, en dépit de tentatives peu fructueuses sur PC et PSone. Aujourd'hui, Kuju fait revivre Sensible Soccer en renouant avec le gameplay arcade et accessible des premières versions. Match perdu d'avance ?

Le menu à l'ancienne.

Nostalgie, quand tu nous tiens

Difficile de parvenir à faire renaître une série aussi mythique que Sensible Soccer. Les éditeurs sont confrontés à deux choix cruciaux. Soit le remake s'adapte au présent en adoptant un gameplay revu mais en risquant de se mettre à dos les puristes. Soit le développeur fait le pari de la nostalgie en tentant de conserver un maximum d'éléments du jeu original. Avec Sensible Soccer 2006, Kuju a opté pour la deuxième solution. Dès le début, l'opus 2006 semble fidèle à l'original : le menu reprend la même esthétique et la même musique que le premier volet sorti en 1989. Sur les pages des (longs) chargements, des petits joueurs de pixel rappellent les origines de la série. Une fois sur le terrain, tout est fait pour attirer les faveurs des nostalgiques. La vue de dessus semble indéboulonnable tandis que le parti pris cel-shading tend vers un look 2D sympathique. Toutefois, malgré les relents old school, Kuju semble bien vouloir ancrer son jeu dans le présent.

Chaque compétition permet de débloquer un bonus.

Good old days

Côté mode de jeu, Sensible Soccer fait dans le classique. Les habitués du foot virtuel retrouveront les traditionnels matchs amicaux. Suffisant pour apprendre les mécanismes du jeu, ils ne remplacent pas un mode entraînement, étrangement absent. Une fois le gameplay maîtrisé, vous pouvez vous lancer dans une des nombreuses compétitions disponibles. Pour vous motiver, un bonus se débloque à chaque trophée remporté. Tout cela permet d'alimenter les modes de personnalisation. Ainsi, il est possible de créer de toute pièce son équipe de rêve. Vous pouvez également modifier les noms des clubs et des joueurs. Malheureusement, la navigation pose problème et rend ces modes fastidieux. En dépit des compétitions disponibles, Sensible Soccer 2006 manque clairement de profondeur, en solo. Les objets à débloquer ne sont là que pour masquer le fait que les coupes et les championnats sont uniquement un prétexte à enchaîner des matchs. Le public a changé et désire désormais une petite touche de management comme PES et sa ligue Master. Au lieu de ça, l'ennui guette rapidement pour le joueur solitaire. Un mode défi aurait été également sympathique. A plusieurs, les tournois personnalisés sauvent la mise, si vos amis sont motivés à partager une soirée devant Sensible Soccer... comme au bon vieux temps.

Hanry squatte la surface adverse.

Base de donnée de contrefaçon

Contrairement à d'autres jeux arcade qui se seraient contentés d'une dizaine d'équipes, Sensible Soccer 2006 a voulu offrir un large panel de clubs et de sélections, comme l'avait su faire son aîné. Aux grandes nations du foot, se mêlent des pays plus exotiques comme la Thaïlande, l'Ouzbékistan ou le Kenya. Côté club, Kuju fait dans l'exhaustif. Huit championnats sont représentés avec pour chacun les deux premières divisions : Angleterre, Allemagne, Italie, Espagne, Écosse, Pays-Bas, Portugal et bien sûr la France. Les effectifs sont ceux de la saison 2005/2006. Il manque toutefois des équipes sud-américaines ou d'autres clubs européens qui méritent leur place dans l'élite du football comme le CSKA Moscou ou Galatasaray. Sensible Soccer n'a aucune licence officielle. Il faut donc se contenter de faux maillots et des faux noms des joueurs. Pour ces derniers, Kuju a simplement inversé les voyelles. Zidane devient Zodena, Deco devient Daci, Kaka se transforme en Keke... Des absences de taille sont à regretter comme Ronaldinho, Trézéguet ou Ribéry ; la faute à des effectifs réduits à 16 joueurs. Le look SD des joueurs manquent également de détails. La modélisation ne ressemble pas à la réalité. La base de donnée de Sensible Soccer 2006 apparaît riche au premier abord mais se révèle tronquée et creuse.

Un menu tactique limité mais suffisant.

Gameplay old school

Kuju a tenté de restaurer l'antique gameplay du Sensible Soccer original. La maniabilité déconcertera les jeunes joueurs nourris au PES. Pour jouer à cette version 2006, seuls quatre boutons sont mobilisés. Croix sert à passer, Rond permet de tirer, R1 sert à sprinter et avec Triangle, il est possible de faire les remplacements. Pas de surenchère de dribble, pas de bouton à tout faire comme le L1 de PES, pas de touche pour sélectionner les joueurs, pas de menu tactique complexe... Sensible Soccer 2006 fait dans la simplicité. Sur le terrain, les déplacements se font avec le joystick. Une flèche sous le joueur indique la direction de la frappe ou de la passe. Le rythme du jeu est soutenu et il faut savoir trouver rapidement un coéquipier démarqué. Sur ce point, Sensible Soccer ressemble à du hand-ball. L’adversaire est en défense et vous devez chercher un décalage pour pouvoir rentrer dans sa zone et frapper au but. Il est également possible de mettre de l’effet dans votre balle en tournant le joystick dans la direction souhaitée. Toutefois, malgré des intention louables de rénover le gameplay de la série, la flèche sous le joueur est à la fois une bonne et une mauvaise idée. Une bonne, car elle permet d’avoir un contrôle précis des déplacements et des passes. Une mauvaise, car elle enlève toute spontanéité dans le geste et est la plupart du temps mal gérée. Tout est donc basé plus ou moins sur le hasard, notamment dans les phases défensives.

En repiquant au centre, c'est but assuré.

Dépoussiérage à risque

Kuju s’est donc heurté au football virtuel moderne. Certes la maniabilité est agréable, mais elle est vite répétitive et surtout agaçante. Vous avez parfois l’impression de ne pas contrôler les joueurs ou plutôt que les réactions se font avec quelques secondes de retard. L’aspect défensif est également à blâmer. Il est difficile de bien défendre tant les placements de vos coéquipiers sont désordonnés. De plus, la sélection automatique des joueurs ne permet pas de tout contrôler : une sélection manuelle aurait permis moins de confusion dans les défenses. Sur la durée, l’IA peine à convaincre. En effet, percer les meilleurs catenaccio italiens ne pose aucun problème, après avoir maîtrisé les mécanismes et il est possible de marquer en trois ou quatre passes. Sur les coups de pied arrêtés, les joueurs adverses sont parfois immobiles laissant grand ouvert les cages. Les gardiens de but, qu’ils soient de votre équipe ou de l’équipe d’en face, font des sorties hasardeuses, se trouent comme Letizi et ne plongent tout simplement pas sur certaines balles. En outre, le jeu n’échappe pas aux actions systématiques, ces phases de jeu où le ballon finit irrémédiablement dans les filets adverses. Il suffit de partir dans l’axe et de faire déborder un ailier qui centre en retrait près de la surface de réparation pour un joueur libre de tout marquage. Une bonne frappe dans la lucarne et votre équipe peut assurer des 5-0 sans forcer.
Les Plus
  • Un peu de nostalgie
  • Le feeling Sensible Soccer
  • De nombreuses équipes
Les Moins
  • IA bâclée
  • Gameplay brouillon et répétitif
  • Pas de licence officielle
  • Temps de chargement