Battlefield 2 Modern Combat, l'esprit de la guerre

05 févr. 2006
Testé par sur
Disponible sur
3

Aussi contradictoire que cela puisse paraître aux amateurs de la version PC, ce Modern Combat restera donc en mémoire pour son excellent mode solo, grâce à la superbe idée du transfert immédiat. Cela change la façon de concevoir le jeu d’équipe, rendant le joueur plus léger, plus libre, plus rapide. La multitude d’armes et de véhicules donne un sens à ces va-et-vient, cherchant constamment la meilleure position stratégique possible. Ajoutons à cela une réalisation tout à fait honnête, une bande-son qui plonge dans l’action et une durée de vie accrue grâce au système de points, vous obtenez le Battlefield en solitaire qu’il vous fallait. Pour jouer à plusieurs, et si vous avez la configuration nécessaire, choisissez sans hésiter Battlefield 2 sur PC. Pour vous défouler seul, Battlefield 2 : Modern Combat est le jeu qu’il vous faut.

Ne vous êtes-vous jamais senti seul dans un FPS ? Peut-on retrouver l'esprit d'équipe d'un jeu online dans un aventure en solo ? Dice a peut-être des éléments de réponse pour vous avec Battlefield 2 : Modern Combat, l'adaptation console du fameux Battlefield 2. Vous allez d'ailleurs vite vous rendre compte qu'il ne s'agit pas d'un simple portage, mais de l'un des jeux de tir les plus innovants de ces derniers temps.

Les environnements étroits permettent une approche stratégique

Sur tous les fronts

Dans le ciel nocturne tout est calme. Le vent chargé de flocons de neige vous berce tandis que la ville se rapproche lentement sous vos pieds. Certains de vos camarades ont déjà atterri et décroché leur parachute. Dès que vos semelles frôlent le sol, vous foncez, suivez le mouvement des troupes laissant leurs traces dans la poudreuse. Le point de ralliement est à quelques mètres, vos compagnons ont sécurisé la zone. Soudain, une rafale met à terre vos camarades, vous crible le torse de métal brûlant. Dans un dernier soupir, vous apercevez du coin de l’œil un sniper allié à l’autre bout du champ de bataille, prêt à vous venger. Votre esprit traverse alors la distance qui vous sépare à une vitesse hallucinante pour prendre possession de son corps. Dans la lunette vous distinguez désormais l’escouade ennemie qui avait pris votre unité en embuscade. D’autant de balles qu’il y a d’adversaires, vous nettoyez la zone de ses belligérants. Au coin de la rue surgit alors un char ennemi, ouvrant le feu sur votre position. Il est vain de tenter de percer le blindage du monstre de fer à l’aide de vos balles. Vous vous retournez sur vous-même pour battre retraite et découvrez un char allié s’approchant à votre secours. Votre esprit jaillit à nouveau de son enveloppe et s’engouffre dans le char en une demi-seconde. A armes égales, vous dirigez votre canon contre l’ennemi et faites feu.

Quelle que soit la situation, un transfert permet d'avoir l'avantage sur l'adversaire

Le mystère du bouton Y

Ceux qui sautent les tutoriaux ont le plaisir de découvrir les jeux par eux-mêmes. Et cela peut parfois réserver de bonnes surprises. Tant que l’on a pas touché au bouton Y de la manette Xbox, le mode solo de Battlefield 2 : Modern Combat ressemble à un jeu de tir à la première personne classique. Les objectifs sont clairs et simples : sécuriser des zones, protéger un bâtiment, éradiquer la menace ennemie, etc. La maniabilité est standard, stick gauche pour se déplacer, stick droit pour viser. Un détail toutefois trouble le joueur, et donne l’impression d’être plongé dans un conflit d’envergure : tout autour de soi de nombreux frères d’armes nous accompagnent au combat. Des soldats protègent la progression des troupes aux commandes de mitrailleuses lourdes, des snipers sont perchés sur les toits, des buggys assistent les assauts. Et il y a ces petites icônes au-dessus de leurs têtes qui le turlupinent, tantôt bleues, tantôt blanches. Bon, X permet de se baisser, A de sauter, B de monter dans un véhicule. La gâchette gauche change les armes, la droite déclenche le tir. Mais il sert à quoi ce bouton Y ? Premier essai, rien ne se passe. Deuxième non plus. Devant soi passe un allié avec la fameuse icône blanche. Troisième essai. Premier choc.

Même en arrivant sur le champ de bataille en parachute il est possible de tirer sur l'ennemi

Transfert Immédiat

La caméra se décroche de notre point de vue pour traverser le champ de bataille à une vitesse fulgurante et rentrer dans le personnage que l’on voyait. On se trouve alors complètement ailleurs, dans un autre combattant, avec de nouvelles armes et surtout un nouveau point de vue. Le panorama qui nous est offert nous permet d’abattre de nouveaux ennemis, mais surtout de voir un autre allié surmonté d’un point blanc. D’une simple pression sur le fameux bouton Y on est transportés à nouveau tel un boulet de canon au commandes d’un hélicoptère de combat permettant de nettoyer la zone de la menace ennemie. Et si jamais votre véhicule devait être la cible d’un tir fatal, votre siège éjectable est tout trouvé : appuyez sur le bouton Y et vous serez à nouveau les pieds sur terre, dans le corps d’un de vos alliés, prêt à repartir au combat. Ce système de jeu, intitulé transfert immédiat, permet de ressentir l’esprit d’équipe qui est à la base du jeu Battlefield 2 sur PC. On le rappelle, ce dernier est avant tout un jeu d’équipe online, dans lequel chacun des joueurs à la possibilité d’apporter un soutien à son camp en dirigeant une multitude de soldats et de véhicules aux capacités éclectiques. Le passage de la licence sur console a donc été l’occasion pour Dice de revoir leur concept pour qu’il corresponde mieux aux attentes de ce nouveau public.

La maniabilité des véhicules passe très bien à la manette

Seul au combat

Pour la campagne solo, la solution est audacieuse : permettre de jouer tous les combattants d’une escouade, pour peu que l’on ait un champ de vision sur ses collègues. C’est ultra efficace : dès qu’on a nettoyé une zone, que l’on a plus de vie ou plus de munitions, on change de perso. Cela permet aussi de se concentrer sur certains points stratégiques et de ne pas avoir à parcourir de grandes distances à pied. Le seul désavantage d’un tel principe de jeu pourrait venir d’un détachement trop grand de la part du joueur, qu’il se moque de la vie de ses troupes. Le système de score prend ce problème à bras-le-corps : les actions du joueur rapportent des points, ces points rapportent des médailles. A chaque fois que vous faites une action d’éclat, comme abattre trois ennemis avec un même chargeur, faire des sauts de vingt-cinq mètres en buggy, accomplir de grandes distances en transfert immédiat, des points sont comptabilisés. Par contre, vous perdez des points à chaque fois que l’un des personnages que vous contrôlez meurt. C’est tout simple, mais cela produit une véritable tension qui amène le joueur à faire attention à trouver un allié avant de mourir. Que ce soit sur le court ou le long terme, le jeu incite à toujours se dépasser. Le mode online est finalement moins audacieux en comparaison. Proposant deux modes : un mode Conquête où l’occupation du terrain permet de faire perdre des points aux adversaires, ces derniers perdant la partie en arrivant à zéro ; un mode Capture du drapeau classique où il faut rapporter le fanion adverse sans se faire piquer le sien. Et même si à vingt-quatre joueurs c’est joyeuse pagaille bon enfant, on est frustré par la maniabilité console que le mode solo corrigeait via des réglages judicieux. On met tellement de temps à se retourner que l’on finit souvent à terre sans même avoir conscience d’où provenait la menace. Rageant, surtout en comparaison du jeu d’origine sur PC.
Les Plus
  • Le transfert immédiat !
  • Les médailles à débloquer
  • Le nombre de véhicules
Les Moins
  • Le multi n'est pas à la hauteur des espoirs