SSX On Tour : c'est beau, ça glisse et ça se voit

09 févr. 2006
Testé par sur
Disponible sur
4
  • Éditeur EA Sports
  • Développeur EA Big
  • Sortie initiale 27 octobre 2005
  • Genres Arcade, Simulation

C’est donc avec beaucoup de bonheur que nous découvrons le tout dernier SSX. Son gameplay décidément de plus en plus intuitif, sa bande son et ses graphismes hauts en couleurs charment dès la première descente. Reste ensuite à apprécier la finesse de ses graphismes et ce à grande vitesse. La richesse des circuits vient cimenter les facettes de sa réalisation qui ne peuvent que subjuguer le fan déjà accroc ou le néophyte en manque de sensations fortes. Du haut de 14 nouvelles pistes à découvrir et surtout à redécouvrir tant les possibilités de tracés sont nombreuses, que ce soit en ski ou en snowboard, préparez vous à bien des défis et à sentir votre coeur battre. A conseiller, absolument !

Le voila enfin le tant attendu SSX On Tour. Le dernier volet de cette série de jeux de glisse totalement déjantés s’annonce encore plus tordu et irréel que les précédents. Parsemé de quelques nouveautés, il reste néanmoins fidèle à tout ce qui a fait le succès de la série. Que du bonheur en perspective, alors on va rider ?

Style original jusque dans les dessins.

Mon nom est Ride, Free Ride

On se retrouve prêt à l'action après une intro pour le moins originale, toute crayonnée de noir et mettant en scène des personnages que l’on pourrait aisément retrouver dans Beavis & Butthead. D’ailleurs, tous les menus sont dans ce style, un peu graffiti "nouvelle école" et terriblement glisse et fun. Quelques touches de couleurs ça et là donnent au tout un rendu peu conventionnel et totalement innovant. Tout cela est en totale harmonie avec l’univers résolument arcade des SSX, on se sent de suite dans le bain et une frénétique envie de saisir le pad se fait ressentir.

Je surf à la parallèle du sol, moi !

Un jeu simple pour joueurs... exigeants

Totalement épuré pour un minimum de "prise de tête", SSX On Tour nous propose directement d’entrer dans le monde de la compétition afin de débloquer un maximum de bonus, gagner des tricks et déverouiller les pistes. Bien entendu, il est toujours possible de lancer une course rapide, ne serait ce que pour affronter un ami ou utiliser les personnages phares de la série. Dans cette version Gamecube, Mario, Luigi et Peach sont à l’honneur. De trois montagnes pour les précédents opus, nous n’en avons plus qu’une. Baisse de forme ? Non, car ce n’est pas moins de 14 pistes ultra longues et complètes dont nous disposons pour enchaîner un maximum de figures et engranger des points. Ces circuits, très complets (grind sur des hélicoptères, sauts interminables, etc.) donnent une sensation de liberté jusque là rarement vue et de constante redécouverte du tracé. Les hors pistes permettant des sauts de fous furieux sont toujours indiqués par les panneaux jaunes du Yeti. Le néophyte pourra ainsi glisser hors des sentiers battus pour encore mieux prendre le jeu en main sans grande peine et varier les plaisirs. Les chemins traditionnels ne sont pas en reste et permettent à défaut de rester longtemps en l’air de maîtriser parfaitement le grind ainsi que les enchaînements de combos. Ils pensent à tout chez EA Sport.

Bien qu'ils soient adorables, on oublie vite les personnages Nintendo

La glace, c'est classe

Toute l’aventure se passera en compétition. Cette année il faudra créer votre personnage, de A à Z, un peu comme dans les Sims. N’ayez pas peur, la ressemblance s’arrête là et c'est beaucoup plus simple de se faire un personnage. Heureusement, des modèles pré-conçus sont disponibles pour passer le moins de temps possible dans la dressing room. Voici la grosse nouveauté de ce millésime : il faudra choisir entre le traditionnel snowboard et des skis. La maniabilité ne change pas avec ces derniers, ce qui est un peu dommage. Le réel intérêt est dans le nombre de tricks qu'ils apportent, certains sont sublimes. Quoi qu’il en soit, votre but est maintenant de gagner tous vos challenges, et ce dans le but d’être le numéro 1 des riders de la planète. En effet, vous pourrez consulter votre place dans le Top 200, la ferez évoluer de statut (amateur, semi-pro, pro) et gravirez les échelons. Au fur et à mesure de vos avancées, vous gagnerez de plus en plus d’argent. Vous en aurez en le ramassant aux bords des pistes, en relevant des défis ou encore grâce à votre sponsor. Cet argent servira à acheter du nouveau matériel, changer d’aspect ou acquérir de nouvelles figures,de nouvelles planches, qui vous permettront de faire plus de points, donc plus de style.

L'usage des skis apporte son lot de petits plaisirs

Sérieux s'abstenir

Et du style, il va en falloir pour atterrir avec classe. Grâce à un gameplay tout simplement arcade, qui entre autres a fait la renommée de la série, les tricks s’enchaînent vite, très vite. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que SSX On Tour fait dans la démesure : hauteur des sauts, distances parcourues en l’air et les figures en elles mêmes. Les plus délirantes d’entre elles, les figures "Monstre", bénéficient même d’une mise en scène avec ralentis pour mieux essayer de comprendre comment notre personnage a pu la réaliser. Les appareils photos placés dans des endroits incongrus permettent de prendre des clichés en plein vol et d'immortaliser vos meilleurs sauts dans un album photo. Les grinds que l’on peut pratiquer presque n’importe où et dans beaucoup de positions nous emmènent une fois encore dans des enchainements interminables, histoire de gonfler la jauge des tricks jusqu’au MAX, nécessaire pour déclencher les plus grosses figures. Tout ceci se fait à bonne allure et dans un cadre agréable. En effet, on a le bonheur de faire évoluer son personnage - plutôt bien modélisé - sur de larges pistes pleines d'éléments de décors et de jeux de lumières sans souffrir de saccades ou autres défauts d’affichage. De plus, le soft n'est pas avare d'effets visuels : effets de flous (turbos, tricks), éléments météos, neige qui tombe d'un tronc lorsqu'un concurrent ride dessus, il y en a partout et à foison. Certaines textures, hélas principalement la neige, sont trop simplistes, ce qui enlève le côté réaliste des précédents opus. Ce point qui pourtant a fait l’objet de beaucoup d’efforts dans le merveilleux SSX 3 a cette fois-ci été délaissé. On se serait contenté d’un aussi bien, mais que cela ne vienne pas ternir le titre en général, ce n’est qu’un détail qui a son explication.

En journée, les pistes sont encombrées (proverbe savoyard)

On passe de la F1 au rallye

Ce qui a certainement donné du travail sur ce millésime, c’est l’apparition des vacanciers sur les pistes. Eh oui, ça change toute la donne car il faudra prendre en compte les familles venues se reposer et par la même occasion, skier comme des tortues. Voila une vraie nouveauté qui non seulement change votre manière de glisser mais donne également une dimension humoristique au titre et provoque de franches rigolades que ce soit en écoutant les conversations stupides des touristes ou en poussant vos potes dessus. Le côté sonore du titre ne fait pas tâche dans cette réalisation encore une fois très correcte. Comme nous avons maintenant l’habitude de voir dans les jeux EA, une bande son éclectique (de Motorhead à je ne sais plus quel minet à la mode) regroupant une cinquantaine de chansons d’hier et d’aujourd’hui collant parfaitement aux descentes des pistes. Choisissez vous-mêmes vos morceaux pour plus d’immersion ou laissez vous bercer par les bruitages très réalistes de la planche sur la neige. Les riders hurlent et se vannent, le commentateur chauffe la foule et vous encourage, les effets sonores accentuent vos plus belles escapades. Bref, on est en plein dedans !
Les Plus
  • Les graphismes sont soignés
  • Les menus sont pile dans l'ambiance
  • La bande son est très bien diversifiée
  • L'impression de vitesse est là
  • Les tricks donnent envie d'en faire plus
  • La présence des personnages phares de Nintendo
Les Moins
  • La maniabilité aurait pu être adaptée un poil plus au pad NGC