Boaki

16 juil. 2009
Rédigé par Peuh

Pour les enfants, le paradis

Saviez vous que les plus jeunes avaient leur MMO ? Nommé Boaki, le projet met à leur disposition un monde totalement accessible depuis leur navigateur Internet. Conçu par des spécialistes de la jeunesse et servi par une technologie hors norme, cet univers permet un éveil tout en douceur de nos chères têtes blondes sans pour autant oublier de les amuser. C'est selon vous trop beau pour être vrai ? Détrompez-vous car cet endroit existe vraiment. Un détour obligatoire pour les parents.

Plus qu'indispensable, la collaboration entre joueurs devient un réflexe.

Une technique bluffante

Les graphismes du monde chamarré de Boaki donnent une impression de quiétude. Mais tout à la fois vous sentez bien que vos sens sont éveillés par des décors construits, aux textures colorées, sans pour autant que l'ensemble soit complexe. Cette technique s'appelle UVI. Un moteur de "briques intelligentes" conçu par une centaine d'ingénieurs plante le décor. Néanmoins les spécialistes décrits dans les pages explicatives du site qui ont collaboré à la création de cet univers laissent leur trace. Il n'y a qu'à constater les réactions des 6 - 12 ans face à ce monde qui leur est dédié : l'accroche est immédiate. De plus, le fait que le jeu puisse être joué depuis n'importe quel PC - équipé d'Internet Explorer il est vrai - donne l'autonomie et la liberté nécessaires à l'enfant pour qu'il s'y essaye. Partout et sans contrainte. Et persévère par la suite. Partons alors à la découverte de ce jeu pour le moins accueillant.

L'enfant peut s'amuser seul comme par exemple avec ce simulateur de feu d'artifice

Des activités bien pensées

Boaki est découpé en 6 mondes. D'ailleurs un nouveau monde ouvre ses portes au mois de septembre. Cette activité qui a de quoi rassurer en ce qui concerne le futur du jeu est monnaie courante depuis l'ouverture des serveurs. Chacun d'eux donne accès à plusieurs mini jeux dont la plupart sont collaboratifs. Cet aspect étonne un peu les adultes que nous sommes. Habitués à découper nos ennemis, il y a de quoi surprendre que de devoir s'entraider pour gagner. Seulement cet état d'esprit gagne les serveurs peu à peu, juqu'à assister à des séances d'entraide spontanées comme nous avons pu voir le week-end passé. Les courses de Pitoo, animal quadripède de la faune locale, se font aussi dans un moindre stress. L'enfant ne subit pas la pression intolérable du chrono ou de la sortie de route punitive même si certaines épreuves relèvent du défi. Certes il est mieux récompensé lorsqu'il se surpasse mais la faute n'est pas synonyme de punition. L'ambiance du jeu dans sa globalité est comme les rapports entre joueurs : sereine.

Un monde en perpétuelle évolution : un prochain monde s'ouvre en septembre.

Une surveillance rassurante

Les dialogues ne se font que durant une certaine plage horaire (16-19h) et uniquement entre joueurs identifiés entre eux. Les modérateurs sont présents et ne prennent rien à la légère. Pour les parents qui souhaitent être rassurés pleinement certains serveurs sont interdits de toute forme de dialogue. Notez cependant qu'en plus des filtres de grossieretés habituels appliqués sur les dialogues des modérateurs déguisés en joueurs lambda arpentent les serveurs. Après quelques rappels à l'ordre aux contrevenants ces derniers font appel à un guide qui est à même de kicker les trublions. En dehors de ces rappels à l'ordre les guides assistent les nouveaux joueurs. Vous l'aurez compris : tout est fait pour que le joueur soit dans un environnement sain dont voici les facettes personnalisables. Tout d'abord l'enfant enregistré peut personnaliser sa maison, son monde de départ, dépenser ses précieux KA dans des objets ou même acheter un Pitoo. La couleur du bandeau qu'il porte sur la tête (en fonction de son expérience) lui ouvre de nouvelles épreuves et quêtes toujours plus collaboratives. L'enfant peut aussi passer du temps sur Boaki sans pour autant relever des challenges. Bon nombre d'aventures et de quêtes sont disponibles offline mais force est de constater que l'aventure version "MMO" est la plus intéressante. Vous pouvez néanmoins facilement interrompre votre aventure et la reprendre ensuite en toute liberté.

Seul ou entre amis, les courses sont un bon moyen de s'amuser.

Combien coûte ce qui n'a pas de prix ?

La réaction des enfants ne se fait pas attendre. Les petits d'homme, âgés de 3 et 6 ans, qui ont participé à ce test sont enchantés bien que la cible soit de 6 à 12 ans. Ils tombent sous le charme des épreuves de texte / logique ou quizz. Mais ils le sont d'ailleurs souvent par des éléments ou des jeux que nous aurions à peine remarqué. Là encore vous sentez la touche des spécialistes de l'enfance qui ont collaboré au titre. Même si vous pouvez les laisser jouer gratuitement ad vitam eternam ils vous réclament tôt ou tard l'enregistrement afin de pouvoir s'approprier entièrement leur petit bout de cet univers. Rien de tel que d'inviter des amis à faire des courses de Pitoo ou une bataille navale endiablée. Il vous faut alors débourser 4,95€ / mois (ou 25€ pour 6 mois). Si vous craignez pour la sécurité intellectuelle de vos enfants rassurez-vous en allant faire un tour sur le site de Boaki.