La PS Move : vibro ou bingo ?

24 juil. 2010
Rédigé par
Prévu sur

Conscient d'avoir un retard certain sur le créneau du joueur occasionnel, Sony a décidé de ne pas se prendre la tête et de lancer sur le marché pour le 15 septembre une copie revue et corrigée de ce que devait être la Wiimote. Marchant également par deux le PS Move se marrie au Sub Controller pour nous donner un combo clairement précis et plein d'espoir. Parce que oui, quelques jeux pour gamers aguerris pourraient voir le jour afin de contenter toute la communauté. Plagiat, réelle nouveauté ou simple gadget pour film olé-olé, voici notre point de vue.

Loin d'être finalisé, The Fight pourrait en étonner plus d'un.

T’as la boule qui brille

Stop aux jeux de mots lourdauds, blagues vaseuses et allusions coquines. Soyons francs et directs : Oui ! On est d'accord, le style du PS Move est très ressemblant à un organe masculin tel un doigt (le majeur en plus gros) ou bien un bras d'enfant, ce qui rend sa prise en main intuitive et immédiate que ce soit pour les hommes ou les femmes. Bien placé, les touches en façade et la gâchette juste derrière rappellent légèrement le pad Nintendo qui reste un modèle d'ergonomie. Jusque là, tout va bien. Encore mieux même puisque les mouvement sont retranscrits avec souplesse et sans sourciller. Pas besoin d'un PS Motion Controller pour le coup… Taquinant le goujon Big N, je lui rends également hommage car c'est grâce à lui que la technologie s'améliore via la concurrence. Il faut rendre à César ce qui est à César. Si la démo à l'E3 a su être convaincante, il est enfin l'heure de tester la bête plus en détail sur deux des trois titres présentés. Start The Party ! et Sports Champions. Pour The Fight : Lights Out (unique jeu classé gamer), seul la démo de Patrick Vernuccio (chef de produit software Playstation) nous a bercé à grands coups de coude, de boule ainsi que de dents qui chauffent. D'ailleurs, son petit côté Fight Club ainsi que son traitement graphique sombre-bleuté donne un cachet particulier lors des pugilats. Bluffant malgré des petits problèmes de collision, la puissance de vos punchs dépend de votre propre gestuelle. Futur Mike Tyson, l'appel des gants vous titillera assurément…

Tu tires ou tu pointes ? Comment ça faut bander l'arc.

Une partie à quatre ?

Que ce soit Sports Champions ou Start The Party !, on tombe inévitablement dans les recoins du party game et du casual gaming. Loin d'être la lèpre de notre univers vidéoludique, c'est tout de même rageant d'avoir plus de titres « bon marché » que de vraies trouvailles. Bref, on joue à Wii Sports avec plus d'envergure : texture et précision en mettent un léger coup sous la casquette de la firme de Kyoto. Le ping-pong et le tir à l'arc respectent les codes du sport originel avec talent, tout comme le barbouillage au pinceau qui ravira les Picasso en herbe. Au final, Sony sera seul maître de son destin malgré ses quatre années de retard sur la Wii. Le pire dans tout ça, c'est que ces jeux axés sur la famille et le groupe sont plutôt bons et agréables à manipuler, ce qui ne donne pas un avenir étincelant pour nous, joueurs assidus. Entre Harry Potter et Morrowind, Dieu seul sait si nous aurons droit à autre chose que du réchauffé de qualité.