Battlefield : Bad Company 2 dévoile son champ de bataille

10 févr. 2010
Rédigé par
Prévu sur

Battlefield : Bad Company 2, riche d'une campagne solo et surtout d'un mode multijoueur, est un FPS prévu le 4 mars sur PC, Xbox 360 et PS3. Si les possesseurs de consoles HD sont familiarisés avec la série initiée par le premier volet, il n'en est rien pour les joueurs PC, puisque Battlefield : Bad Company n'est sorti que sur XBox 360 et PS3. La beta multijoueur lancée sur PC du 28 janvier au 25 février est donc l'occasion pour tous les adeptes du couple clavier-souris de découvrir le titre de DICE et Electronic Arts.

Le fusil à lunette est diablement précis, même si aucune touche ne permet de le stabiliser complètement.

La guerre dans votre salon

Cette beta est comme à l'accoutumée relativement restreinte. A condition de disposer de l'une des nombreuses clés distribuées par les différents partenaires d'Electronic Arts, vous ne pouvez vous essayer qu'au seul mode rush, sur l'unique carte port valdez. Il s'agit d'un affrontement entre deux camps, les russes en attaque et les américains en défense, pour l'annihilation ou la sauvegarde de divers points stratégiques répartis sur la carte. Quatre classes sont disponibles : assault, engineer, medic et recon. C'est-à-dire, pour résumer en français : mitrailleur, ingénieur, médecin et tireur d'élite. Ces quatre classes sont bien distinctes les unes des autres, chacune ayant son gameplay propre. L'ingénieur peut par exemple réparer les véhicules et détruire les tanks adverse au lance-roquettes tandis que le tireur d'élite préfère abattre ses cibles au fusil à lunette depuis sa cachette. Néanmoins, l'équipement alloué à chaque classe peut surprendre. Ainsi, le sniper dispose de charges explosives C4 que vous auriez certainement plus vues dans les mains de l'ingénieur, qui lui dispose d'une arme à silencieux qui n'aurait pas dénoté dans l'équipement du sniper. Ce choix a probablement été fait par les développeurs afin de rendre les quatre spécialisations suffisamment équilibrées et complémentaires, au détriment d'une certaine logique. En effet, en théorie tout du moins, vous ne jouez pas tout seul dans votre coin. Vous êtes censé faire partie d'une escouade de quatre joueurs, afin de former ensuite un bataillon de plusieurs escouades. Le problème, c'est qu'en pratique, cet esprit de "corps" fait souvent défaut, chacun ayant tendance à jouer un peu dans son coin dans le but d'accumuler des frags - le nombre de tués - pour augmenter son expérience au lieu de jouer les objectifs de la carte. Le seul "remède" semble être pour l'instant de bien choisir son serveur de jeu, voire de ne jouer qu'entre amis, au micro et au casque, si possible. Les armes sont variées et se débloquent au fur et à mesure de la progression pour chaque classe. L'armement de base est plutôt sommaire et à l'efficacité douteuse, mais les choses changent ensuite une fois accumulé assez de points d'expérience. Par contre, elles sont les mêmes que vous jouiez les russes ou les américains, alors que les blindés et hélicoptères sont bien spécifiques à chaque camp.

A la fin de chaque partie, vous pouvez faire le point sur votre prestation et celle de votre équipe.

Qu'il ne reste que des ruines !

Au niveau des commandes, il est impossible de se coucher comme vous pouvez le faire dans d'autres FPS. Cela fait déjà hurler certains extrémistes qui y voit là une consolisation du gameplay. En pratique, il faut bien avouer que cela n'a pas trop d'incidence. Pour se mettre à couvert, l'environnement propose suffisamment de dénivelés (creux et bosses, points hauts, végétation touffue, ...) pour passer inaperçu aux yeux des ennemis. La grande nouveauté sur PC, c'est que les bâtiments sont destructibles. Ne pensez donc pas être à l'abri d'un tank une fois réfugié à l'intérieur d'une bâtisse, jadis invulnérable dans les précédents jeux du genre. D'ailleurs, en fin de partie, l'impression de guerre est bien visible puisque les environnements sont vraiment en ruines. Visuellement, le rendu est correct sans pour autant faire baver d'envie. Il faudra attendre la version définitive du jeu pour se faire un avis définitif sur ce point, les textures high étant absentes de la beta, sûrement dans le but de réduire la taille de l'exécutable à télécharger pour l'installer. Au niveau sonore, les bruitages sont bien rendus et participent activement à l'immersion. Le système de respawn - réapparition dans le jeu après avoir été tué - est un peu curieux. Vous pouvez choisir de réapparaître aux côtés d'un des membres de votre escouade, mais du coup, s'il vient juste d'être trucidé par un ennemi, vous suivez souvent le même chemin en recevant les balles perdues sans avoir eu le temps de réagir. La beta propose un mode hardcore, par opposition au mode normal. Et dans ce mode, les dégâts que font les armes sont bien plus convaincants. Il faut en effet souvent beaucoup (trop ?) de balles pour tuer un adversaire en mode normal, à cause - difficile d'être affirmatif - de bugs, du lag ou d'une mauvaise gestion des hitbox (les masques de collision, c'est à dire les zones qui symbolisent les parties "blessables" du personnage). Alors qu'en mode hardcore, cette sensation de jouer avec des balles en plastique est absente. Globalement, les sensations sont quand même bien au rendez-vous. C'est rythmé, immersif, certes un peu "arcade" mais diablement grisant. Si les quelques problèmes soulevés dans cette preview sont corrigés, Battlefield : Bad Company 2 risque bien de frapper un grand coup. Verdict le 4 mars, même si je sens déjà que les ténors du genre ont du souci à se faire...