A.B.C. Warriors, une beauté froide ?

28 oct. 2010

Écrit par

Alors que les A.B.C. Warriors, des androïdes de combat, parcourent la planète Mars pour recruter leur dernier compagnon, ils se remémorent leurs batailles menées pendant la guerre Volgan, un conflit crapuleux pour le contrôle du pétrole sur Terre. Hammerstein, Mongrol et Joe Pineapples racontent leurs propres expériences et leur lutte contre le sanguinaires Ikon. Ils se rendent compte que toutes leurs histoires ont un point commun...

A.B.C. Warriors est une série anglaise crée en 1976 par Pat Mills, scénariste mais aussi cofondateur du magazine 2000 qui a publié des séries aussi connues que comme Judge Dredd ou Slaine. Comprenez donc que "La guerre de Volgan" que nous propose Soleil est une BD riche de 30 années d’histoires et de chroniques, heureusement résumées en postface sous forme d’une chronologie en deux pages.

Par chance, ce premier tome fait office de présentation, vu que chaque membre des A.B.C. Warriors y raconte une histoire passée sous forme de flashback. Cela permet de découvrir l’univers de A.B.C. Warriors, violent et froid, et de cerner la personnalité de chacun des androïdes vétérans. Pat Mills nous livre donc de courts récits, très bien écrits, sur une guerre froide qui a lieu en 2084, conflit qui ressemble à un remake d’Alerte Rouge, avec un axe bleu "capitaliste" contre un axe rouge "communiste". Toutefois, un fil rouge se retrouve dans chaque histoire dans le personnage de Zippo et laisse nous laisse entrevoir une future histoire de plus grande ampleur.

Pour le dessin et les couleurs, on retrouve Clint Langley aux commandes, artiste ayant déjà travaillé pour [b]Games Workshop[b] sur [b]World of Warcraft[b] et Magic, The Gathering. Dessinateur chevronné, il nous livre des planches maitrisées et splendides. Le character design des mécha est soigné et varié. Les expressions qu’il leur donne les rendent plus humains que les véritables humains qu’on croise de temps en temps dans la BD. Seul bémol, qui tient sans doute d’une sensibilité personnelle, les humains quasi inexistant au cours de la lecture apparaissent comme de simples photos montages froids et sans âme.

Soyons clair, les planches sont magnifiques, un beau mélange de crayon et de palette graphique sans aucune faute de goût. On pourrait presque considérer cette BD comme un artbook tellement les images sont splendides. Cette impression est renforcée par la présence de plusieurs dessins en pleine ou double page. Revers de la médaille, l’effet artbook nuit à l’immersion dans une l’histoire plutôt simple.

A.B.C. Warriors est un beau livre à un prix plus qu’abordable. Si vous aimez les belles illustrations et en particulier le travail de Langley, vous serrez ravi de pouvoir posséder un bel objet permettant d’apprécier autant le savoir-faire de l’artiste. Les amateurs d’histoires de vétérans et de guerres apocalyptiques trouveront également de quoi toucher leur cœur de soldat en herbe.

Quant à moi, je reste partagé : le travail fourni par les auteurs est réel et de grande qualité, et en feuilletant à nouveau l’ouvrage, je lui trouve plein de qualités indéniables, mais sa lecture est difficile et j’accroche moins. A.B.C. Warriors : La Guerre de Volgan n’a pas réussi à m’absorber dans son monde, je n’ai pas ressenti la chaleur du napalm, ni entendu le crissement du métal, je n’ai pas vibré pour ses héros chevronnés qui ont connus maintes aventures. Je ne peux que reconnaître la maitrise et le talent de ces deux artistes, même si je n’ai pas été touché par leur œuvre. Mais je pense que d’autre y trouveront leur compte et sauront apprécier plus que moi.

A.B.C. Warriors T1 : La Guerre de Volgan est disponible sur internet (Fnac) et en magasins spécialisés aux alentours de 14 €.