Ankh : point'n'clic is not dead !

11 févr. 2006
Testé par sur
Disponible sur
3

En conclusion, il faut avouer que le petit dernier de Deck 13 est un titre vraiment très sympa. Sorti un peu de nulle part, Ankh: Une Aventure Egyptienne est un jeu sans prétention qui parvient astucieusement à créer la surprise en nous invitant à une aventure rafraîchissante et colorée. Graphiquement correct, le doublage y est de qualité mais les énigmes se laissent appréhender avec un peu trop de facilité. On ne reste jamais bloqué très longtemps et il ne fait aucun doute que les vieux de la vieille, tout comme les débutants, viendront vite à bout des 5 chapitres qui composent le jeu. Digne descendant d’une lignée de jeux dont l'âge d'or remonte aux années 1990, Ankh fait office d’oasis dans le désert. D’une qualité intrinsèque évidente, ce titre prouve que le point'n'clic n’est pas mort et qu’avec des studios comme Deck 13, il a même encore de belles années devant lui. Malheureusement victime de son succès, il aurait mérité une durée de vie un poil plus longue afin de correctement rassasier les fans du genre. La gourmandise est un vilain défaut ? Qu'importe ! Il n’y a pas de raison à se priver de ce que l’on aime.

Bénéficiant d’un patrimoine historique dont la renommée n’est plus à faire, l’Egypte est malheureusement une contrée qui ne s’est que trop peu souvent vue numérisée pour le compte du vidéo ludisme. Décidé à remédier à ça, Deck 13 nous propose avec Ankh : Une Aventure Egyptienne, un soft rafraîchissant et décalé offrant au joueur une vision très différente de l’Egypte telle qu’il peut la concevoir. Envie d’en savoir plus ? Alors faites chauffer votre chameau et venez donc fouler le sol sableux de Ankh !

Un petit clin d'oeil à la série des Monkey Island. Guybrush, si tu nous lis...

Le digne héritier d'une époque révolue

Ayant connu son heure de gloire dans les années 1990 grâce à des studios comme Lucas Arts et des titres aussi inoubliables que la série des Monkey Island, Full Throttle et Day of the Tentacle, il faut avouer qu’au jour d’aujourd’hui le point'n'clic est un genre se trouvant malheureusement de moins en moins représenté. Dans un monde où la technique semble être le seul aspect important aux yeux des éditeurs et... consommateurs, on regrette la patte si particulière de Lucas Arts qui s’évertuait à nous offrir des titres emplis d’humour, aux personnages hauts en couleurs et aux énigmes retorses ! Deck 13 semble avoir compris cela et nous offre avec Ankh : une aventure égyptienne un titre efficace, s’inspirant largement de ses aînés et qui, s’il n’est pas exempt de tout défaut, a le mérite de nous inviter à une aventure dépaysante.

Bel exemple pour la jeunesse...

Beuverie et malédiction

C’est fou comme le destin peut mal faire les choses parfois. On agit, sans forcément penser aux conséquences et, en un rien de temps, notre univers bascule, comme ça, sans prévenir. Et ce n'est certainement pas Assil, jeune héros de Ankh qui viendra le nier, car il ne fait aucun doute qu’il ne pensait pas à mal en pénétrant à l’intérieur de cette satanée pyramide. Et pourtant s'il avait su... Mais quelle idée aussi de choisir la chambre funéraire d’une pyramide comme squat pour une soirée binouzes ?! Le désert ou une oasis auraient très bien pu faire l’affaire. Et puis, au moins dans le désert il n’y a rien à casser ; parce qu’à cause de sa bourde de jeune aventureux et maladroit par-dessus le marché, la punition pour sept urnes brisées c’est une malédiction, rien que ça ! C’est qu’elles ne rigolent pas les momies en Egypte : "tolérance zéro" ! Enfin, il faut voir les choses du bon côté dans la vie ; en s’y prenant bien, l’artefact maudit dont Assil se retrouve propriétaire malgré lui pourra très bien remplacer le décapsuleur oublié à la maison. Tout n’est pas perdu.

Le sphinx, revisité par Deck 13

L'Egypte à la sauce Ankh

Vous l’aurez compris, la mission qui vous est confiée ici sera d’aider le pauvre Assil à se débarrasser de cette fichue malédiction. Pour cela, vous allez devoir arpenter des endroits aussi variés qu’originaux, de la ville du Caire jusqu’au désert, en passant par le temple du Pharaon et même les fonds du Nil ! Les différents lieus à visiter ne sont pas spécialement nombreux, la zone d’action étant même plutôt restreinte, mais ces derniers ont au moins le mérite de nous offrir une vision décalée d’un pays riche en mythes et légendes, malheureusement peu représenté au sein de l’univers du jeu vidéo, si ce n’est concernant quelques titres ludoéducatifs soporifiques, comme nous le rappelions dans la preview. D’ailleurs, si vous envisagiez Ankh comme un soft prompt à étancher une quelconque soif de connaissance, passez votre chemin ! Le jeu de Deck 13 ne se prend pas du tout au sérieux et il suffit d’admirer leur version du célèbre Sphinx pour s’en convaincre.

Cet esclave prétend venir d'une autre époque !

Un humour omniprésent

En fait, s’il ne devait y avoir qu’une seule et unique chose à retenir du jeu, ce serait indéniablement son humour. Le ton est donné dès les premières minutes, il n’y a jamais de temps mort et on prend énormément de plaisir à progresser. Les personnages rencontrés tout au long de l’aventure sont tous plus loufoques les uns que les autres, les situations sont souvent désopilantes et on en vient à se demander où les développeurs sont allés chercher pareilles idées ! On se surprend, entre deux énigmes, à passer du temps à écouter les protagonistes discuter entre eux ou encore à tester toutes les répliques disponibles lors d’un dialogue. Pour la plupart tordantes, celles-ci sont qui plus est servies par un doublage de qualité apportant beaucoup à l’ambiance générale.

A noter que niveau humour, les énigmes ne sont pas en reste. Et entre faire nettoyer son chameau dans un "camel-o-matic", se fabriquer un masque de crocodile pour effrayer des gardes un peu trop sûrs d’eux, ou encore faire danser le "cha cha chameau" à un videur un poil trop zélé, il ne fait aucun doute que vous n’allez pas vous ennuyer. A vrai dire, la seule chose que l’on pourrait regretter serait la trop grande simplicité des problèmes à résoudre. Les énigmes ne sont pas aussi alambiquées que dans un Grim Fandango par exemple et on progresse un brin trop facilement. La seule chose capable de provoquer l’érrance du joueur à travers les différents tableaux est la mauvaise mise en évidence des objets à récupérer. Ceux ci se fondent parfois trop bien dans le décor et on se retrouve à sonder chaque recoins à l’aveugle jusqu’à tomber sur l’objet manquant. Une peu frustrant.
Les Plus
  • L'humour
  • La simplicité de l'interface
Les Moins
  • Un jeu trop facile
  • Trop court
  • Items parfois mal mis en évidence