Sid Meier's Pirates! revient à l'abordage

24 févr. 2005
Testé par sur
3
  • Éditeur Atari
  • Développeur Firaxis Games
  • Sortie initiale 3 décembre 2004
  • Genres Action, Aventure

Le grand retour de Pirates!, 18 ans après ! Mais Sid Meier's Pirates! sent-il le réchauffé ? Certainement pas, car c'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures confitures, et Sid Meier l'a bien compris, en apportant une version bien liftée, qui, malgré quelques défauts mineurs, ravira les plus jeunes... comme les fans de la première heure.

L'or est à nous les gars !

Un pirate peut en cacher un autre

Dans l'histoire du jeu vidéo, il y a des jeux qui laissent une trace, et d'autres, la grande majorité, qu'on préfèrerait oublier. En 1987, le génial Sid Meier nous gratifiait de Pirates!, grande aventure navale, vous mettant dans la peau d'un de ces marins d'eau douce désireux de devenir le plus grand corsaire de tous les Caraïbes. Au menu : combats navals, attaque de ports, duels à l'épée, chasse au trésor et j'en passe. Pour ceux qui se le demandent encore, Pirates! fait évidemment partie de la première catégorie. Six années plus tard, en 1993, devant l'attente des nombreux fans du jeu original, l'équipe de Microprose avait proposé un remake, avantageusement nommé Pirates! Gold. Le fond restait le même, seule la façade avait été refaite : nouvelles musiques, nouveaux graphismes. Pirates! mieux que Pirates! en somme.

Tada, petite glissade pour impressionner son adversaire

Une histoire de famille

Nous sommes maintenant en 2005, et 18 années sont passées. Que vaut donc cette troisième version ? Le challenge de rénover un jeu vieux de presque deux décennies sans pour autant lasser les joueurs a-t-il été relevé ? Sid Meier's Pirates! dénature-t-il ses ancètres ? Histoire de se mettre immédiatement dans le bain, la cinématique d'introduction vous rappelle donc que les membres de votre famille ont tous été enlevés par un vile capitaine espagnol, sous vos yeux de jeune garçon. Une dizaine d'années plus tard, la vengence résonne encore dans votre tête, et vous êtes prêt à tout pour les retrouver... vivants si possible. Ici débute votre carrière de pirate, désireux d'écumer terres et mers pour rassembler vos proches à nouveau à vos côtés, à bord de votre petit navire de combat et en compagnie de 40 hommes d'équipages, tous assoiffés de trésors légendaires et avides de poudre à canon.

Ouh le vilain !

A l'abordage !

Voici venu l'An de Grâce 1660, âge d'or de la piraterie. Après avoir consulté votre manuel du parfait petit boucanier et constitué le profil adéquat en choisissant une spécialisation (cannonier, navigateur, escrimeur...), il vous faut encore choisir à quel camp vous rallier : Français, Espagnols, Anglais ou Hollandais. Ce choix n'est évidemment pas sans conséquences car il déterminera quels pavillons vous pourrez brûler et auquels il ne faudra pas toucher. Evidemment, les relations liant ces quatre grandes nations de l'époque évolueront au fil du jeu, et il faudra savoir jouer avec diplomatie ou coups de canons en fonction des différentes affinités politiques et de votre propre allégeance. Mais n'oubliez pas qu'un pirate est, et reste, avant tout un pirate, et que rien de plus que l'or et la renommée ne peuvent autant lui faire plaisir.

En garde marin d'eau douce

Pirates Simulator 2004

On pourrait presque qualifier Sid Meier's Pirates! de véritable simulation tellement il est complet. Tout d'abord, on a la classique séance de navigation. Finie la carte en 2D, nous voici enfin dans l'ère de la 3D, des vents et des orages en mer, et des plages de sable fin -- palmiers included -- bercées par la brise marine. Bref, un joli voyage, a peu près autant que la simplicité et l'efficacité de l'interface : une main sur le pavé numérique, l'autre sur le pommeau de l'épée, prête à dégainer, et le tour est joué ! Il est temps maintenant de passer à l'abordage de ce charmant navire à trésor espagnol. On passe alors en vue zoomée sur la zone de combat, et l'habileté à virer de bord, puis à déclencher les canons au bon moment feront de vous le pire ennemi des rapiéceuses de voiles des Antilles. Cette phase de combat naval est très importante, puisqu'elle permet bien souvent d'affaiblir votre ennemi, le poussant parfois à se rendre, lui et sa marchandise, ou dans le cas où il résisterait au point de vous provoquer en duel après votre abordage, à réduire son équipage suffisamment pour vous donner la victoire rapidement.

La couturière va avoir du travail avec mes voiles

Quoi de neuf docteur ?

A côté de votre mission principale, vous aurez à résoudre de nombreuses autres quêtes annexes, allant de la chasse au trésor, à la capture d'un pirate renommé en passant par la classique phase de séduction de la fille du Gouverneur, qui vous poussera peut-être jusqu'à une invitation au bal. Oui oui, au bal. Et même qu'il faudra danser en rythme pour conquérir le coeur de la belle. En visitant les ports et autres comptoirs commerciaux disséminés un peu partout sur la précieuse carte dont vous disposez, vous pourrez aussi visiter les charmantes, mais néanmoins mal famées, tavernes histoire de glaner diverses informations sur ces quêtes, et recruter quelques marins désireux d'aventures. Passons sur le commerce, plutôt anecdotique, et qui consistera uniquement à revendre les biens pillés. Enfin, au rang des nouveautés, l'attaque des forts n'est plus navale, mais terrestre, façon "jeu de stratégie avec des petits hexagones", et toutes les terres sont désormais explorables, ce qui, finalement, semble assez logique quand on y cherche un trésor enfoui. Ah oui, juste un mot sur le multijoueurs : inexistant. Dommage.
Les Plus
  • C'est Pirates! tout simplement.
  • Les quêtes sont nombreuses et variées.
  • L'ambiance est très immergente, et on se prendrait presque pour un pirate face à sa concierge, un balai en guise de rapière à la main.
  • Le rendu graphique est très sympathique.
Les Moins
  • L'ambiance musicale n'est malheureusement pas assez présente.
  • Quelques bugs résiduels, mais rien de bien méchant.
  • Sans doute un peu répétitif et lassant pour les non-initiés.
  • Mais où sont donc les Mystérieuses Cités d'Or ?
Résultat

Avec les années, les jeux ont bien évolués, et le moins qu'on puisse dire, c'est que le Pirates! original a subi un radical et éblouissant lifting technique : c'est plutôt joli, lumineux et coloré et de nombreux détails et animations secondaires émaillent l'aventure, que cela soit les dauphins qui suivent votre flotte grandissante, ou bien vos hommes se battant corps et âme à vos côtés lors de chaque abordage. Tout ça est bien beau, sauf qu'en dix-huit ans les joueurs aussi ont évolués, et il faut bien avouer qu'après une dizaine d'heures, aussi complet et immergent que puisse être Sid Meier's Pirates!, il n'en est pas moins répétitif et en lassera un certain nombre, plus habitué à de l'action soutenue. Aussi, pas mal de petits bugs residuels effritent parfois le plaisir de jouer, comme le fait que le vent soit destiné à souffler d'est en ouest jusqu'à la fin des temps, allongeant alors infiniment certaines traversées contraires. Mais est-ce que tout ça fait de Sid Meier's Pirates! un remake pur soupe ? Non, et heureusement ; Pirates! était un grand jeu, et Dieu... euh pardon, Sid Meier, sait que cette mouture de l'ère moderne est aussi un excellent cru et ravira à la fois les fans de l'original, mais séduira aussi une bonne partie de nouveaux joueurs.