Halo 3 ODST, faux Add-on ou vrai jeu ?

28 oct. 2009
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Microsoft
  • Développeur Bungie
  • Sortie initiale 22 septembre 2009
  • Genre First Person Shooter

Difficile de juger Halo 3 : ODST et il va falloir le faire au cas par cas. Les inconditionnels de Halo peuvent y voir une belle arnaque. En effet ceux qui ont déjà déboursés des dizaines d’euros pour acheter toutes les cartes sur le Live se retrouvent avec un mode campagne tout nouveau et un mode « Baptême du feu » : sympa mais sans plus. Pour 50 euros, même si la campagne est très intéressante ce n'est pas très bon marché. En revanche, ceux qui n’ont pas touché à Halo 3 ont la possibilité d’avoir un FPS de très bonne qualité, pas très cher, et avec un multi complet. Une bonne occasion de découvrir la franchise? Reste ceux qui ont Halo 3 et qui n’avaient pas céder aux affres mercantiles du téléchargement. En plus de la campagne et du « Baptême du feu » ils acquièrent tous les packs. Un effort sur le prix a été fait par Microsoft sur ODST mais à 30 ou 40 euros le jeu aurait été intéressant pour tous.

Prévu à l’origine comme une extension téléchargeable sur le Xbox Live, ODST est devenu un jeu à part entière dans l’esprit des développeurs. A grand renfort de vidéos de présentations, ces derniers n’ont eu de cesse de faire l’éloge de leur prochain titre. Attendu par certains joueurs comme le renouveau de la saga, Halo 3 : ODST arrive enfin avec son lot de bonnes... et de mauvaises surprises.

Le mode Baptême du feu permet d'avoir des combats épiques avec ces handicaps.

Un DVD de trop ?

Lorsque vous ouvrez la boite de Halo 3 : ODST, une chose frappe instantanément : il y a deux DVD. Alors non, Halo 3 : ODST n’est pas un RPG et non, il n’a pas une durée vie incroyable. Il comprend juste un DVD pour le mode solo et un pour le multijoueur. Annonçons la couleur tout de suite et parlons du défaut majeur du titre le mode multijoueur. Car pour peu que vous ayez déjà joué à Halo 3, une impression de déjà vu pointe son nez une fois la galette mise dans la console. C’est exactement le même menu, les mêmes modes, le même contenu. Rien n’a été ajouté, tout ce qu’il peut y avoir de nouveau dans le mode campagne de Halo 3 : ODST a été laissé sur le disque du mode solo. Grosse désillusion pour les joueurs qui attendaient de la nouveauté de la part du studio ayant réalisé le titre le plus joué sur le Xbox Live. Ce Disque ne contient qu’une qualité, que seuls les joueurs n’ayant pas craqué leur porte-monnaie apprécieront. Ceux qui n’ont pas acheté les différents packs de cartes ont le plaisir de les retrouver, mais à 50€ le jeu autant dire que Bungie mise tout sur le mode campagne.

Les petits chanceux qui avaient commandé le jeu, ont reçu un code pour pouvoir jouer le sergent Johnson sur le live.

Un mode multi peut en cacher un autre !

Le DVD du mode campagne offre une surprise. Ces coquins de développeurs du studio Bungie ont laissé un mode multi sur le premier disque. Nommé « Baptême du feu » ce mode repend les innovations de ODST. Malheureusement, chez Bungie, l’inspiration devait être en grève car ils ressortent aux joueurs une version quelque peu modifiée du mode « Horde » de Gears of War 2. Jusqu’à quatre joueurs peuvent se regrouper dans un niveau fermé pour affronter des vagues successives d’ennemis. Le groupe à la droit à plusieurs vies et il faut faire un maximum de points. Après quelques assauts, des armes et des soins sont réapprovisionnés. Vos ennemis ont toujours un avantage sur vous et plus votre handicap est grand, plus vous gagnez de points au cours de la manche. Les handicaps varient justement, parfois vos adversaires ont des grenades infinies, des munitions infinies ou le double de vie…. Pas de quoi casser trois pattes à un canard. Même si le coté coopération est agréable, il manque toujours un vrai mode multi en joueur contre joueur avec le gameplay de ODST.

Voici la nouvelle mitraillette silencieuse, mélange de la mitraillette classique et du BR arme bien connu des fans de Halo.

Engagez vous qui disaient !

Venons en donc au vrai mode de ce Halo 3 : ODST, le jeu qui devait être une extension : le mode campagne. Première chose, ODST n’est pas une suite à Halo 3. Il se déroule à peu près en même temps que les évènements de Halo 2 mais sur notre chère planète Terre. L’action se déroule dans la ville de New Mombasa et vous êtes Le Bleu. Non, vous n’incarnez pas MacGee de la série NCIS mais un jeune soldat tout juste sorti de ses classes. Après avoir intégré l’unité ODST (Orbital Drop Shock Troopers : Troupes de Choc Aéroportées Orbitales) et fait connaissance avec vos nouveaux camarades vous êtes directement envoyé en mission. Les vilains Convenants sont arrivés sur Terre et ont pris d’assaut New Mombasa. L’état major décide d’envoyer ses troupes sur un vaisseau ennemi pour les arrêter et savoir ce qu’ils viennent chercher. Évidemment rien ne se passe comme prévu, vous et vos copains n’atterrissez pas sur le vaisseau mais en pleine ville et éparpillés, les uns ne sachant pas ou sont les autres (comme quoi même dans les jeux vidéos la logistique militaire n’est pas au point). Vous partez donc à la recherche de votre unité, de nuit, dans une ville occupée par l’ennemi.

Vous commencez enfermé dans votre capsule de largage, une fois dehors vous êtes livré à vous même.

La santé, y a qu’ça d’vrai !

Halo 3 : ODST, se veut un jeu basé sur l’infiltration, et ce n’est pas encore la panacée même si des efforts on été faits de ce côté. Se balader seul, dans le noir avec des patrouilles ennemies à chaque coin de rue n’est pas forcément évident. Il faut avancer prudemment se mettre à couvert, souvent accroupi et faire le moins de bruit possible. Passer en force est difficile. Pour rappel vous incarnez un humain et non plus cette bonne vieille boite de conserve qu’est le Master Chief. Fini les sauts de 15 mètres et la vie qui remonte toute seule. Votre personnage a dorénavant de l’endurance qui permet pendant un temps d’encaisser les dégâts. Une fois celle-ci complètement vidée, c’est la barre de santé de votre avatar qui diminue. Heureusement vous êtes un soldat d’élite, et il suffit de se mettre un peu à l’abri et d’attendre quelques secondes pour que vos niveaux remontent et soient au beau fixe. Par contre votre barre de vie n’agit pas exactement de la sorte. Il faut dénicher des kits de soin disséminés dans les niveaux pour éviter de mourir. La réintégration de ces kits ramène le petit monde du jeu vidéo au début des FPS, la bonne époque où le fait de se cacher ne résolvait pas vos problèmes de santé vidéoludique.

Le VISR permet de mieux voir dans le noir et de distinguer vos ennemis, alliés et armes à proximité.

Go go gadget à la visière

Pour vous aider dans votre tâche vous avez deux nouvelles armes : un pistolet et une nouvelle mitraillette silencieuse. Ça n’a l’air de rien, mais tirer sur l’ennemi sans qu’il sache d’où ça vient est crucial. Autre gadget qui a son importance : le VISR (Visual Intelligence System Reconnaissance Class). C’est une sorte de vison de nuit améliorée. En plus d’y voir dans le noir, vos adversaires sont cerclés de rouge, vos alliés en vert, les armes et véhicule en bleu et les objectifs en jaune. Très pratique, cette vision ne sert en revanche à rien de jour sinon à vous éblouir. Du point de vue de la maniabilité, c’est à peu près la même que dans Halo 3. Vous ne pouvez plus utiliser les objets de combats (bulle protectrice, mine, grenade aveuglante), et il n’est plus possible de s’équiper de deux armes. L’IA des ennemis et meilleure que dans le 3ième épisode de la série, ils n’hésitent plus à se séparer ou essayer de vous prendre à revers. Les niveaux sont bien pensés, plusieurs chemins étant possibles. Il est dommage de ne pas avoir une ville complètement ouverte comme dans un GTA. Mais les différentes ramifications de petites ruelles ou la traversée d’un immeuble pour couper à travers les lignes adverses ajoutent au coté infiltration.

New Mombasa est une ville dévastée en quelques heures par l'ennemi, qui peut surgir à chaque coin de rue.

Un soldat dans la ville

Après avoir vu le gros défaut de Halo 3 : ODST autant finir par sa meilleure qualité : la réalisation. Pas la réalisation du jeu en lui-même, car graphiquement c’est à peu de chose près Halo 3 et le jeu déçoit de ce coté là. Ici parlons de la mise en scène de ce mode campagne. Incroyablement prenant, le test n'a que peu duré (7 à 8 heures de jeu sans compter le temps nécessaire pour trouver tous les secrets cachés). Une fois ODST lancé, impossible de lâcher la manette. Le joueur redécouvre Halo : être seul dans une ville inconnue, se sentir vulnérable, humain et entouré par l’ennemi de toute part, c’est une sensation nouvelle pour la saga et s’en sortir est réellement grisant. Alors certes il est possible de bourriner et de passer sans compter le nombre de vie dépensé. Mais Halo 3 : ODST arrive à vous plonger dans l’ambiance et donne envie de s’en sortir comme si la vie de ce soldat été la votre. L’histoire est d’ailleurs très bien distillée, car en avançant la recrue que vous êtes découvre des objets appartenant à ces coéquipiers. Une fois ces objets découverts, un flashback s’opère dans lequel vous jouez le l’unité en question. Vous apprenez ce qui c’est passé pour chacun de vos collègues après le largage, et le scénario continu ensuite. Rarement un FPS fut aussi prenant, l’envie de savoir ce qui est arrivé et de ce qui va arriver prend le pas.
Les Plus
  • Une aventure prenante de bout en bout.
  • Les cinématiques et bandes son réussies.
  • Le mode coopératif (du mode campagne) jouissif.
  • Le VSIR très pratique.
  • Fini le Master Chief et son charisme de boite de petit pois.
Les Moins
  • Pas de vrai mode multi avec les nouveautés de ODST.
  • Graphiquement le jeu est le même que Halo 3.
  • Un mode Baptême du Feu un peu trop repompé sur le mode Horde de Gears of War 2.
  • Un peu court.
  • Les véhicules, grands absents du mode solo, dont la conduite n'a pas changé d'un iota.