Rejoignez l'alliance des savants fous avec Monster Lab

15 mars 2009
Testé par sur
Disponible sur
2

Monster Lab possède un gameplay varié et rafraichissant, mais il montre vite ses limites au bout de quelques heures de jeu. Malgré sa redondance, les développeurs ont tout de même réussi à proposer une œuvre originale sur Wii. L’ambiance transylvanienne joliment retranscrite plaira aux plus jeunes et aux fans du genre. Par contre, si vous êtes totalement allergiques à ce style de jeu, n’essayez pas de vous aventurer dans le monde de Monster Lab : vous pourriez être fortement déçu.

Avec cette période de vache maigre pour la Wii, l’arrivée de jeux frais et originaux ne peut être que bénéfique pour son catalogue. Face aux perpétuels remakes, Monster Lab fait office de véritables bouffées d’air frais. Avec ses faux airs de Pokémon–like à la sauce transylvanienne, Monster Lab possède tous les atouts pour plaire au joueurs en quête de nouvelles aventures.

Le character design respecte très bien l'univers, et la technique reste plus que correcte pour la Wii.

Bienvenue en Transylvannie

Monster Lab est un joli voyage dans un univers aux airs de Transylvanie, bien connu des fans du Docteur Frankenstein. Le concept de Monster Lab est de vous mettre dans la peau d’un laborantin en herbe flirtant avec les joies du bricolage de monstres. L’idée est fort plaisante, mais se montre très limitée et bridée sur le long terme. La conception trop basique - qui n’a réellement aucun impact sur le fond du gameplay - devient vite répétitive et sans réel intérêt. Pourtant, le jeu ne s’arrête pas qu’a cette idée. Les développeurs ont fait l’effort d’ajouter des mini-jeux intéressants. C’est encore moins son scénario bateau qui vous aiderait à entrer dans un monde certes très bien modélisées et aux doublages drôles à souhait, mais qui manque réellement d’âme. Le script vous force à être l’apprenti d’un savant fou en perte d’inspiration créatrice et recherchant à mettre un terme au terrible plan du Baron Mharti. Bien sur, vous devez éliminer ce savant fou et effectuer aussi toutes les basses besognes que Falfenstein préfère mettre de coté.

Soudez soigneusement vos objets, pour encore plus d'efficacité.

As du bricolage

Comme je le disais auparavant, le jeu est découpé en différentes phases. En amont, vous débutez par la phase de création de monstres se traduisant par des enchainements de mini-jeux mettant en scène les étapes de soudure de martelage de clou ou encore d’assemblage de puces électroniques. Elaborez les pièces de votre monstre à partir des matériaux récoltés pendant votre aventure et assemblez-les pour confectionner votre bête sanguinaire. Trois catégories de pièces sont réalisables : les pièces mécaniques, les pièces biologiques et les pièces alchimiques. Cette classification donne lieu à une stratégie à mettre en place pendant les combats. Chaque type a un avantage sur un autre (tel le jeu du pierre-feuille-ciseau), il est donc préférable de mélanger les types pour la composition de sa bête. Les monstres se composent de 5 pièces principales : le torse, la tête, les jambes, le bras droit et le bras gauche. C’est sur cette base que les combats se déroulent.

Certains ennemis sont pour le moins... inhabituels.

Castagne en douceur

Les combats se font au tour par tour dans la lignée des Pokémons. Grâce au joystick, vous sélectionnez l’une des cinq parties du corps de votre monstre. Chaque pièce offre deux possibilités d’action. Entre attaque, défense, recharge, esquive ou fuite. Les actions spécifiques diffèrent en fonction de la pièce sélectionnée. Sélectionner les jambes pour la fuite ou le torse pour recharger ses batteries car chaque action consomme des points. La victoire revient au premier qui détruit le torse de son ennemi, mais votre esprit de torture vous poussera à démembrer votre adversaire jusqu’à lui assainir le coup finale. Après le combat, il est bon de passer par la case réparation où un mini-jeu très "addictif" vous attend. Vous devez sélectionner la pièce à réparer et tourner comme un malade votre Wiimote telle une manivelle. L’exploration de la carte se fait sur des routes à suivre sur lesquels vous pourrez probablement tombez nez à nez avec un ennemi ou bien répondre au quêtes des gens en détresse. Ces quêtes se traduisent par des mini jeux. La plupart se montrent originaux dans l’utilisation de la Wiimote. Petit d’effort de la part des développeurs au niveau de la précision de la Wiimote qui se montre être un exemple du genre. Certains mini-jeux demandent à diriger distinctivement le Nunchuk à la vertical et à l’horizontal. Alors que dans la normale ce genre de combinaison est assez fastidieuse, ici vous avez totalement le droit à une leçon de précision. Enfin, chaque combat vous apporte des matériaux. Vous pouvez construire des nouvelles pièces pour votre monstre ou tout simplement fabriquer une nouvelle bête.
Les Plus
  • L’ambiance transylvanienne
  • Précision de la Wiimote
  • Certains mini jeux originaux
  • De nombreuses possibilités de création
  • Les voix et les personnages hilarants
Les Moins
  • Des combats rébarbatifs
  • De même pour les mini jeux
  • Un scénario simpliste