L'Entraîneur 2007 dans le ventre mou du championnat

14 déc. 2006
Testé par sur
Disponible sur
2
  • Éditeur Eidos Interactive
  • Développeur Beautiful Game Studios
  • Sortie initiale 20 octobre 2006
  • Genre Gestion

Il faut bien le reconnaître : l'Entraîneur 2007 s’est certes perfectionné par petites touches, mais l’ensemble reste trop limité pour plaire aux fans de management sportif. Si l’ergonomie des menus a été légèrement améliorée, la navigation est fastidieuse et peu adaptée. Les petites icônes ajoutées à l’interface ne parviennent pas à atténuer l’impression générale de fouillis. En outre, ce sont tous les mécanismes du jeu qui semblent être grippés. L’aspect financier n’a pas tant évolué et vous restez toujours dépendant de votre conseil d’administration. Côté communication, le grand vide domine. Malgré l’apparition des causeries, aucune interaction avec la presse et les supporters n’est réellement présente. L’année dernière, nous avions déjà blâmé l’intelligence artificielle désastreuse. En dépit des promesses des développeurs, les joueurs semblent toujours totalement à la ramasse dans cet opus 2007. Personne ne respecte vos consignes et les buts gags s’enchaînent. La représentation façon subbuteo ne permet pas de bien visualiser les différentes actions. En définitive, l'Entraîneur 2007 n’a pas encore atteint le niveau, qui était le sien il y a quelques années. Toutefois, la série semble sur la bonne voie et le prochain épisode risque d’être le bon. Le rendez-vous est donc pris.

Après le catastrophique épisode 2006, Beautiful Game Studio avait à coeur de modifier son schéma tactique et de proposer un jeu plus complet et mieux pensé. L'Entraîneur 2007 remet donc ça, moins de six mois après son dernier échec. Grâce à ses innovations sympathiques, cet opus 2007 semble sur les bons rails pour enfin intéresser les amateurs de management sportif.

Samy est désormais le nouveau manager du LOSC

Le même en mieux ?

Premier constat, l'Entraîneur 2007 reste en terrain connu. Pas de chamboulements majeurs au premier abord, les innovations se dévoilent progressivement. Pour l'oeil inexpérimenté et novice, les premiers menus semblent ne pas avoir été modifiés. Beautiful Game Studio nous aurait-il refilé le même jeu avec une simple mise à jour de base de donnée ? Tout d'abord, comme dans n'importe quel jeu de management, il faut créer son profil entraîneur avec nom, prénom et club désiré. L'option "Mécène", qui permet de commencer la partie avec un joli pactole financier est toujours présente. Il est désormais possible de jouer avec les sélections nationales, pour ceux qui veulent devenir Domenech à la place de Domenech. La saison débute par les objectifs que vous fixent à la fois les supporters et le conseil d’administration. Plus votre club est prestigieux, plus ces objectifs seront difficiles à atteindre. Une fois confortablement installé dans les menus du jeu, plus ergonomiques grâce aux raccourcis, vous pouvez commencer la saison.

Espoir du foot nippon ou prochain ballon de plomb ?

Des brésiliens au rabais

Les matchs amicaux ont donné des résultats mitigés pour votre équipe et l’heure est aux ajustements. Pour recruter, vous avez à votre disposition une base de donnée entièrement mise à jour. Comme l’année dernière, l'Entraîneur 2007 propose les plus grands championnats européens avec plusieurs divisions inférieures. L’Angleterre va même jusqu’à la sixième division avec les Conference North et South. La France s’arrête quant à elle au National. Tous les transferts de l’inter-saison ainsi que les prêts ont été respectés. Toutefois, la richesse apparente cache une pauvreté bien dissimulée notamment pour les petits clubs. Bien évidemment, difficile de reprocher à l'Entraîneur 2007 son absence d’exhaustivité pour les clubs malaisiens ou béninois, mais certains grands d’Afrique et d’Amérique latine manquent à l’appel. Dans ces conditions, vous aurez du mal à dénicher un brésilien au rabais dans un petit club de province ou le dernier joyau ivoirien tout droit sorti de l’ASEC Abidjan. Enfin, l’interface des joueurs manque de convivialité. Le visage ou tout au moins le maillot et l’écusson pour chaque club aurait permis une meilleur immersion dans le monde du recrutement.

Le Pro Zone est un plus pour bonifier les stratégies

Précision revendiquée

L'Entraîneur 2007 propose deux grandes nouveautés. La première est l’apparition du Pro Zone. Ce dernier est un outil statistique, utilisé par des clubs européens comme Manchester United ou Arsenal pour calculer avec précision le rendement de chaque joueur. Ici, le Pro Zone a été simplifié mais reste un ajout terriblement efficace. Les plus fins stratèges verront ainsi les carences et les atouts de leurs équipes. Bien utilisé, le Pro Zone permet d’enrichir les stratégies ainsi que votre vision du jeu, qui restait limiter dans le précédent volet. Les novices peuvent toutefois passer leur chemin tant son utilisation et son ergonomie sont complexes et difficiles à maîtriser. Outre cet outil statistique, L'Entraîneur 2007 ajoute une petite dose de psychologie dans votre management. Un menu appelé causerie vous permet de motiver ou de blâmer vos joueurs avant, pendant et après les matchs. Bien qu’elles paraissent anodines, les causeries ont vraiment un impact sur le match et sur la performance des joueurs. Bien entendu, il faudra veiller à ne pas promouvoir un chouchou au détriment d’une tête de turc. Ces deux nouveautés apportent un plus indéniable et montre que l’on peut concilier à la fois tactique et psychologie.
Les Plus
  • Base de donnée convaincante
  • L’apport du ProZone
  • Les causeries et l’aspect psychologique
Les Moins
  • Navigation fastidieuse
  • Laid techniquement
  • Limité au niveau des possibilités
  • IA défaillante