Dragon Ball Z Tenkaichi 2, la version ultime de la saga

01 déc. 2006
Testé par sur
Disponible sur
3

Il n’y a pas d’erreur possible cette version de Tenkaichi se hisse sans difficulté au rang de hit incontournable, pour peu que vous soyez fan de Dragon Ball (mais qui ne l’est pas ?) ou de bon jeu de combats. Le jeu n’est cependant pas exempt de défauts, mais ceux-ci restent minimes au vu du plaisir ressenti lors des phases de jeu. Difficile de ne pas râler à l’écoute des musiques du jeu. En effet, nos amis japonais pouvaient entendre les musiques originales du dessin-animé, des films et des OAV. Mais pour des raisons de droits, nous, pauvres européens, nous retrouvons avec des musiques ignobles, voire inaudibles. C’est assez frustrant, heureusement il est toujours possible de mettre les voix des protagonistes en version japonaise. Dragon Ball Z : Budokai Tenkaichi 2 n’en reste pas moins le jeu le plus proche de l’univers et des combats de la série. C’est un vrai plaisir de prendre la manette et de voir ce qui est réalisé à l’écran. Les combats sont réellement spectaculaires et en imposent. Le pari est réussi : le jeu est fidèle à l’univers. Un titre que tout fan doit se procurer.

L’an dernier, Dragon Ball Z : Budokai Tenkaichi avait créé la surprise et assuré la renommée au studio Spike, celui-ci ayant réussi à recréer l’ambiance des combats de la série animée. Malgré quelques réfractaires endurcis, le jeu n’avait reçu que des éloges bien méritées. Un an a passé et le développeur japonais revient à la charge avec Budokai Tenkaichi 2. Ce sont les fans de la série qui vont être contents, ce nouvel épisode devrait assurément leur faire extrêmement plaisir.

Quand les 7 boules de cristal ont été trouvées, vous pouvez invoquer le dragon sacré dans le mode Aventure.

Une belle introduction en matière

Le jeu débute sur une cinématique qui n’est pas sans rappeler celle de Dragon Ball Z : Budokai Tenkaichi avec un style graphique identique. Ensuite s’ouvre le menu et ses divers modes : Aventure, Combat Ultime, Versus, Entraînement, Boutique, Evolution Z et Options. Les modes Boutique, Evolution Z et Option n’ont pas changé (vous pouvez toujours choisir de mettre les voix en japonais). Dans la Boutique, vous achètez des artefacts pour améliorer les stats des personnages. Dans le mode Evolution Z, vous équipez les artefacts préalablement achetés. Le mode Entraînement, plus que nécessaire pour les néophytes, contient un tutoriel ainsi qu’un mode de combat libre pour s’exercer. Le mode Tournoi vous propose toujours d’affronter différents adversaires sur le ring afin de gagner de l’argent. Le mode Combat Ultime quant à lui a légèrement changé : il vous propose différents challenges dans lesquels vous affrontez une série d’adversaires afin de débloquer des artefacts spécifiques. Dans le mode Versus, vous pouvez faire des combats en équipe. Vous choisissez deux personnages qu’il sera possible d’interchanger au cours du combat. Une innovation intéressante et inattendue.

Vous pouvez enfin utiliser les transformations lors d'un combat.

A l’aventure compagnon !

Le mode Aventure (qui est en fait le mode histoire du jeu) a subi une refonte totale. Toujours divisé en chapitre, il se rapproche de celui de Dragon Ball Z : Budokai 3. Après avoir choisi un scénario, vous voici sur la carte du monde. Un point rouge montre l’objectif principal alors que les points jaunes indiquent les missions annexes ainsi que la boutique pour acheter des artefacts. Après avoir fini le combat de l’objectif principal, un autre point rouge apparaît (d’autres points jaunes aussi). Avant et après les combats qui font avancer l’histoire, une petite scène explique le scénario. Il est dommage que ces saynètes soient réalisées avec des images fixes et que le texte affiché soit sommaire. La narration de l’histoire était plus aboutie dans le premier volet. De plus, ces saynètes ne reflètent pas toujours le combat qui vient de se dérouler. En effet, souvent vous devez vaincre un ennemi, mais une fois vaincu la scène d’explication montre votre personnage en train de mordre la poussière (pourquoi ne pas avoir permis un objectif de survie contre l’adversaire dans un temps donné ?). Cela dit, c'est un petit problème qui ne gâche en rien le plaisir de jeu.

Pour réaliser une fusion, il faut avoir le bon personnage comme partenaire.

Sangoku a appelé tous ses potes

Au fil du mode histoire, vous débloquez certains personnages avec lesquels vous pouvez jouer dans les autres modes. Tout comme dans l’épisode précédent, certains personnages se débloquent en fusionnant des artefacts définis. Au début du jeu, 25 combattants sont disponibles. En tout, Dragon Ball Z : Budokai Tenkaichi 2 vous permet de jouer avec 75 personnages issus de l’univers Dragon Ball qu’ils viennent du manga, du dessin-animé, des films ou des OAV. En comptant les différentes transformations de certains vous obtenez un total de 129 combattants, un record pour un jeu du genre. Parmi les plus attendus, notez l’arrivée de Tapion, Paikuhan ou C-13 et au rayon des plus improbables : Yajirobe (le petit ninja enrobé), Garlic ou Gohan (le grand père adoptif de Sangoku, pas son fils). Spike ayant pris en compte les demandes des joueurs, vous avez la possibilité de vous transformer au cours du combat. Et vous prenez vraiment plaisir à combattre avec Sangoku classique avant de finir votre adversaire transformé en super saiyan. Il est aussi à noter que les arènes sont un tiers plus grandes que dans Dragon Ball Z : Budokai Tenkaichi, ce qui est fort appréciable.

Au cours de l'histoire, vous retrouvez le combat mythique entre Tapion et Hildegarn.

Une prise en main laborieuse et des combats haletants

Le gameplay change légèrement mais il est toujours possible de se balader (ou de voler) librement dans l’aire de combat. La prise en main est toujours aussi complexe pour les néophytes. En revanche, si vous avez joué au premier volet, vous retrouvez vite vos marques. L’éditeur japonais a revu et amélioré les différents combos réalisables au corps à corps. Essentiel défaut du premier épisode, ceux-ci sont maintenant nombreux et ont la particularité d’être spectaculaires, à l’image des combats de la série. Les boules d’énergie ne sont pas en reste et vous retrouvez avec bonheur les attaques spéciales de vos héros favoris. Les décors contiennent énormément d’éléments destructibles et certaines attaques peuvent carrément détruire le décor laissant place à sa version apocalyptique. Il est tout de même à noter que certaines attaques spéciales ont été mal traduites ou confondues avec d’autres, mais ça reste assez rare. Autre aspect gênant : lors des combats, vous constatez rapidement une nette différence entre certains personnages, les développeurs ayant voulu garder la logique de la série. Ainsi, vaincre Gogeta en transformation 4 avec Yajirobe ou Tortue Génial relève de l’impossible. Un parti pris réaliste et logique, bien que les personnages faibles soient du coup relayés au second plan.
Les Plus
  • L’univers de la série respecté
  • Le nombre de combattants
  • Les transformations en cours de combat
  • Les possibilités offertes au combat au corps à corps
Les Moins
  • La musique
  • La prise en main complexe pour les débutants