JoJo's Bizarre Adventure : Eyes of Heaven

08 août 2016
Testé par sur
Disponible sur
1

C'est nous qu'il met en colère !

Quelle énorme déception ! Après un All Star Battle vraiment bon, pourquoi CyberConnect2 ne s'est pas contenté d'une suite ? Sur le papier, JoJo’s Bizarre Adventure : Eyes of Heaven tente une approche différente, avec des attaques à distance et un léger aspect aventure. Hélas, le résultat est proche de la catastrophe et rappelle les heures sombres des adaptations d'animés. Jamais emballant, dépourvu d'une vraie mise en scène (pourtant indispensable à ce genre d'adaptation comme l'a compris One Piece Burning Blood) et pâtissant des défauts symptomatiques des mauvaises adaptations, impossible d'attribuer à Eyes of Heaven autre chose qu'une note sanction.

Deux ans après le sympathique All Star Battle, le manga de Hirohiko Araki est de nouveau à l'honneur avec JoJo’s Bizarre Adventure : Eyes of Heaven, un titre toujours développé par CyberConnect2. Pour le meilleur ? Pas vraiment.

Le principe

JoJo’s Bizarre Adventure : Eyes of Heaven enchaîne les mauvais choix. Sur le papier, le jeu tente de s'affranchir du seul défaut inhérent au parti pris d'All Star Battle : avec des combats classiques, impossible de retranscrire le système de stands (des doubles surnaturels) tels qu'il est décrit dans le manga. C'était pour ainsi dire le seul souci du précédent jeu. Et au lieu de faire avec, le développeur a préféré tout remettre en question, quitte à foncer dans des murs.

Car Eyes of Heaven est un jeu de combat en arène. Idéal pour retranscrire les combattants à cheval ou certains stands atypiques de la série, certes, mais encore faut-il se donner les moyens de ses ambitions. Ainsi, CyberConnect2 ne semble jamais voir aussi loin qu'il le faut. Eyes of Heaven donne même l’impression inverse de celle escomptée : le clan Joestar et ses opposants n'ont jamais parus aussi petits et impuissants.

De façon pragmatique, nous pouvons même dire que le jeu propose un gameplay tout ce qu'il y a de plus calamiteux, à mi-chemin entre Naruto Ultimate Ninja Storm (mais complètement raté cette fois-ci) et toutes ces productions Arcade se déroulant dans des arènes, et qui sont souvent aussi confuses qu'abrutissantes. En plus des habituelles attaques normales ou puissantes, vous avez évidemment les attaques spéciales mais aussi les compétences ou attaques en duo.

Parce qu'il s'agit d'un jeu en arène, vous devez donc foncer sur vos adversaires en espérant - avec beaucoup de chance - que votre coéquipier en fasse de même. Il est possible d'améliorer vos affinités mais cela demeure globalement assez vain. Plus gênant encore : cette gestion des décors et des objets (pouvant être détruits ou lancer sur les adversaires) qui nuit autant à la lisibilité de l'action qu'au déroulement des combats. Mentions spéciales aux arènes permettant des chutes, de quoi être frustré puissance Jojo.

Battre un certain nombre d'adversaires. Typiquement le genre de phases annexes calamiteuses.

Le multi

Si l'intelligence artificielle (de vos adversaires comme de votre partenaire) est relativement décevante, il est encore plus rageant de voir que certaines missions peuvent échouer lorsque votre coéquipier meurt. Il aurait donc été bienvenu d'intégrer un mode multijoueur en local, histoire de partager le calvaire avec un ami (et croyez-nous, ce serait un ami comme on n'en fait plus !) tout en palliant aux soucis d'IA. Hélas, aucun mode local à l'horizon, juste un mode réseau qui, au final, n'emballe que trop peu. En effet, partager un calvaire avec un (ou trois) inconnu a toujours eu une petite connotation malsaine, non ?

Les persos gagnent des niveaux. Dépensez votre XP dans les attaques fabuleuses.

L'emballage

Même au niveau de l'emballage, ce Jojo n'emballe jamais et fait probablement pire qu'All Star Battle (qui était sorti sur PlayStation 3). Avec ses décors vides et ses personnages aux déplacements assez rigides, Eyes of Heaven est très loin de ce qui se fait de mieux sur PlayStation 4. Symbole de ce constat, des ralentissements ont lieu durant les phases d'exploration, des sessions de repos vous permettant de parler avec des personnages ou de faire des missions annexes. Heureusement, les doubles attaques fabuleuses rattrapent un peu la donne et devraient donner aux fans de la série leur dose de spectacle (surtout que le jeu propose plus de cinquante combattants). Mais passée la surprise de les découvrir, que reste t-il ?

Les doubles attaques fabuleuses sont le seul lot de consolation des fans.

Pour qui ?

Les fans de Jojo ayant joué à All Star Battle risquent clairement de tomber de haut avec Eyes of Heaven. Pire, grosse pensée à ceux qui espéraient ici une suite au jeu précédemment évoqué. Nous vous plaignons, vraiment. Plus "sérieusement", impossible de conseiller Eyes of Heaven à un joueur ne connaissant pas le manga d'Araki. Et plus généralement, un fan de Jojo ne l'achètera que pour la collection.

Tu es bien optimiste, mon petit Giorno...

L'anecdote

Le mode histoire est un scénario original supervisé par Hirohiko Araki. Comme souvent dans ces cas, vous voila devant une bête histoire mélangeant les différents arcs sous couvert de gimmicks (failles, résurrections, etc.). Honnêtement, je me demande bien ce qui a pris à ce formidable auteur de s'associer à ce projet...
Les Plus
  • Un contenu et du fan-service décent
  • Heureusement, la progression est facile
Les Moins
  • Indigne de la PS4 sur le plan technique
  • La fausse bonne idée par excellence (les montures ou les stands à distance sont encore plus mal gérés que dans All Star Battle)
  • Une gestion de l'environnement (chutes, collisions, etc.) et de la caméra assez catastrophique
  • Une progression basique au possible
  • Un gameplay insipide
  • Des longueurs et redites inadmissibles dans la deuxième moitié de l'aventure
  • L'absence de mode local ?