Ghost Recon 3 : la X360 à l'honneur

26 janv. 2006
Rédigé par
Prévu sur
  • Éditeur Ubisoft
  • Développeur Red Storm
  • Sortie initiale 9 mars 2006
  • Genre Third Person Shooter

Chez Ubisoft, on aime Tom Clancy. On l’aime tellement que c’est avec le célèbre écrivain que l’éditeur va inaugurer son arrivée sur la toute nouvelle X360. C’est en effet un nouvel opus de la série des Ghost Recon, intitulé Advanced Warfighters, qui va débarquer très bientôt sur le centre de loisirs de Microsoft, et qui marquera un tournant dans la saga : la naissance du soldat du futur.

Des bottes anti-moisissure : la classe.

Ghost buster

Au centre du développement de Tom Clancy's Ghost Recon 3, il semble qu’il y ait eu une idée un peu folle : prendre de court les grandes puissances militaires en imaginant et matérialisant ce à quoi ressemblera le soldat de 2013. Et le résultat est assez époustouflant : drones individuels, ordinateur embarqué, aide à la visée, détection d’agresseurs, et tout plein d’autres gadgets aussi utiles que coûteux. Cette armada devrait faire des combattants équipés de véritables machines à tuer... pardon, à protéger bien sûr. Protéger votre pays, cible de tous les méchants terroristes du monde. Car bien entendu vous incarnerez un "Ghost", soldat d’élite de l’armée américaine, travaillant toujours dans l’ombre pour des opérations coup de poing spectaculaires.

Il faut un plan pour se servir du pad X360...

Le pad à tour faire

Pour les habitués de la série, rien de très nouveau au niveau du contenu. On continue d’incarner le leader de l’unité d'assaut composée de 5 hommes, désormais chargé non seulement de distribuer les rôles, donner les ordres, gérer la liaison avec les satellites et les drones, mais aussi d’intervenir dans le combat. Beaucoup à faire donc, d’autant plus que même en difficulté normale, vous mourrez vite sous le feu de vos assaillants si vous manquez de prudence. Notez qu’un mode hard a été prévu pour les plus téméraires, vous plongeant dans les conditions du réel et faisant donc de chaque balle une menace mortelle. Quant au gameplay, il sera nécessaire de prendre le temps de maîtriser les différentes options accessibles. La manette de la X360 a en effet été entièrement réquisitionnée pour pouvoir loger la totalité des contrôles dont vous aurez besoin : déplacement de votre personnage, utilisation des armes, ordres, accès aux données du drone... Au final, on se trompe beaucoup au début dans les touches, d’autant que pour accéder à certaines fonctions ce sont des combinaisons qui ont été prévues.

Un troisième oeil bien utile

Tu vois ce que je vois, tu vois ?

Mais on finit par s’y faire et on goûte alors aux joies du frag tactique. Car ici, même dans le mode le plus simple, tout est fondé sur la prudence. Le multiplayer montre d’ailleurs bien que les habitués des shoots acharnés vont devoir se calmer un chouya s’ils veulent survivre plus de trois secondes. Des différents modes disponibles (un contre un, capture, chacun pour soi, etc.) on retiendra surtout celui par équipe car il reprend une bonne partie de ce qui fait l’intérêt du solo. Bien entendu, pas question ici de donner des ordres au reste de l’équipe, mais les gadgets du "Cross-Com" gardent tout leur intérêt : plus besoin de deviner ce qui se passe dans la ligne de mire de vos co-équipiers, vous avez tout ça en direct sur votre oeillère, et pour peu que vous vous décidiez à prendre le contrôle du drone, vous pourrez mettre en oeuvre vos talents de stratège pour faire gagner votre équipe.

Aaah, Mexico, ses quartiers... pittoresques

Enfin un vrai titre X360 ?

On entend d’ici des voix s’élever : "Mais c’est n’importe quoi tous ces accessoires !". Qu’à cela ne tienne. Pour les plus rétrogrades, il sera possible de désactiver l’assistance électronique pour jouer au soldat à l’ancienne. Mais vu le niveau de réalisme (et donc de difficulté) auquel on a été témoin lors de cette présentation, il semble plutôt clair qu’un tel choix serait du suicide, à part pour les rares génies de la manette. Malgré tout on ne va pas laisser penser que la seule avancée du jeu repose sur l’IWS (Integrated Warfighter System). Outre d’être une des plus jolies créations qu’il nous ait été donné de voir sur X360 pour l’heure, le titre embarque d’autres atouts. Bien entendu vous disposerez d’un arsenal flambant neuf et plus que complet. Tout le monde devrait trouver son bonheur parmi le choix offert, du bourrin de service à l’apprenti sniper. D’ailleurs les campeurs vont être déçus, un fusil a été spécialement conçu pour les déloger, avec des balles capables de traverser les cloisons et donc de remettre en question le niveau de sécurité de leur planque de fortune. Ajoutez à cela des classes de personnages avec des compétences propres, une ville toute entière modélisée, Mexico, et un terrain de jeu d’une centaine de kilomètres carrés, et vous obtenez un titre qui a clairement tout pour être un carton. Mais, bizarrement, on ne peut s'empêcher de ressentir un gros décalage entre l'avancée technologique à laquelle on a droit dans le jeu et la précarité technique de la console sur laquelle il tourne.