Lundi, c'est le coup de cœur !

23 oct. 2017

Écrit par

Comme chaque lundi, un membre de la rédaction partage avec vous son coup de cœur sur l'annonce d'une nouveauté, sur la diffusion d'un trailer inédit, sur une sortie particulière ou un événement précis lié à l'actualité du jeu vidéo. Ça peut également être l'occasion pour lui de vous faire part d'un passage clé d'un jeu en cours de décorticage pour Gamatomic. Bref, aujourd'hui, voici le coup de cœur...

Sortie il y a quelques mois, voilà un jeu qui me faisait de l’œil. Étant un grand fan de Yasuhiro Wada et de sa série des Harvest Moon, j’étais curieux, l’expérience semblait charmante, complexe et tellement prometteuse. Pourtant ses airs de prototype inachevé m’ont plutôt porté vers d’autres titres. Vous savez ce qu’on dit : « les jeux ont leur destin ».



Là où j’en suis, c’est plutôt simple et astucieux. Il s’agit de créer les conditions d’apparition de la vie sur une terre stérile, en modifiant la géographie des lieux. Vous avez le pouvoir sur les reliefs et tout est une question d’équilibre ; plus il y a d’eau et plus il fait chaud, plus il y a de terre et plus il fait froid. Si les premières espèces apparaissent à la condition d’une température satisfaisante, les suivantes se font à la condition que d’autres espèces s’y trouvent en nombre et ainsi de suite.

Sur la durée, je ne sais pas si le jeu tiendra ses promesses. Ce que je peux vous assurer c’est qu’après quelques heures, c’est vraiment un jeu culotté et très courageux. Le joueur n’est jamais maître, s’il a bien le pouvoir divin de faire le monde, alors il doit le faire en respect et en accord avec les besoins de ses locataires sous peine de se retrouver en territoire lunaire. Un jeu d’une grande ambition, morale peut-être, mais n’oublions pas que d’ici 2050 on nous annonce plus de plastiques que de poissons dans les océans.

Un jeu dans lequel l’humain devient une possibilité, à la condition que toute espèce ait pu s’épanouir avant lui. Un jeu fou qui nous oblige à penser notre condition, à la dépasser si la finalité est la diversité, et à s’envisager nous aussi comme une espèce en attendant l’espèce d’après. Vertigineux.