Mercredi, c'est le souvenir !

06 sept. 2017

Écrit par

Comme chaque mercredi, un membre de la rédaction vous propose de revenir sur un jeu, un événement, ou même un objet qui a marqué aussi bien son parcours de testeur pour Gamatomic que celui de joueur lambda. Bref, aujourd'hui, voici le souvenir...



Vous avez peut-être raté l’info mais pourtant s’il ne fallait en retenir qu’une cette semaine, c’est bien celle-ci : Mario n’est officiellement plus plombier ! C’est Kotaku qui révélait l’information ce lundi matin après la mise en ligne du nouveau profil du moustachu le plus célèbre du jeu vidéo sur le site officiel de Nintendo Japan.

Très sportif, qu’il s’agisse de tennis ou de baseball, de football ou de course automobile, il [Mario] fait tout ce qu’il y a de chouette. Il semble également avoir travaillé comme plombier il y a très longtemps.

Avant d’être plombier, Mario, initialement connu sous le nom de Jumpman, fût aussi charpentier en 1981 dans Donkey Kong. Et si j’ai décidé de vous en parler aujourd’hui, c’est parce que mon histoire d’amour avec le jeu vidéo a précisément commencé avec ce jeu.





À peine déposé par une cigogne devant la porte d’entrée de ce qui allait être mon nouveau domicile, j’ai eu la chance de tomber sur un Papa fan de jeu vidéo à l’époque. Une jolie NES trônait déjà fièrement sous le magnifique écran cathodique Phillips à la diagonale d’écran à peine plus grande que celle d’un iPhone 7 Plus.

Très rapidement, mes petites paluches se sont mises à diriger un drôle de bonhomme à la moustache bleue qui devait éviter des tonneaux lancés par un gorille tout en escaladant des charpentes afin de délivrer une jolie demoiselle emprisonnée. J’ai certainement dû mettre plusieurs années avant de pouvoir passer ne serait-ce que le premier niveau. Je garde encore des séquelles au niveau des paumes à cause des coins pointus de cette manette devenue culte. Mais quel pied de pouvoir contrôler ce qui se passait à l’écran !




Rapidement d’autres jeux ont suivi et ma passion pour le jeu vidéo est restée intacte. Alors que d’autres vouaient un culte à Sangoku, aux Tortues Ninja ou encore aux Chevaliers du Zodiaque, le seul héro qui comptait pour moi était la célèbre mascotte de Nintendo. Et aujourd’hui encore, j’avoue toujours avoir une relation particulière avec notre ami Mario.